COVID-19 : une méta-analyse met en évidence les caractéristiques cliniques du MIS-C

  • Yasuhara J & al.
  • Pediatr Pulmonol
  • 11 janv. 2021

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le syndrome inflammatoire multisystémique chez l’enfant (Multisystem Inflammatory Syndrome in Children, MIS-C) associé à la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) se caractérise par des symptômes myocardiques et gastro-intestinaux (GI) chez la plupart des enfants plus âgés (âge moyen : 9,3 ans).

Pourquoi est-ce important ?

  • Les caractéristiques cliniques du MIS-C diffèrent de celles de la maladie de Kawasaki, laquelle affecte des enfants plus jeunes et entraîne moins de symptômes myocardiques et GI.

Méthodologie

  • Une méta-analyse a été réalisée à partir de 27 études observationnelles (N = 917).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • L’âge moyen était de 9,3 ans (IC à 95 % : 8,4–10,1).
  • La prévalence combinée était de 34,6 % chez les enfants d’origine ethnique hispanique et de 31,5 % chez les enfants d’origine ethnique noire.
  • Les symptômes les plus fréquents (IC à 95 %) comprenaient :
    • les symptômes GI : 87,3 % (82,9–91,6 %) ;
    • les symptômes cardiovasculaires : 
      • Dysfonctionnement myocardique : 55,3 % (42,4–68,2 %).
      • Anévrismes artériels coronaires : 21,7 % (12,8–30,1 %).
      • Choc : 65,8 % (51,1–80,4 %).
  • La plupart des enfants ont été traités par :
    • immunoglobuline intraveineuse : 81,0 % (75,0–86,9 %) ;
    • aspirine : 67,3 % (48,8–85,7 %) ;
    • corticoïdes : 63,6 % (53,4–73,8 %) ;
    • oxygénation par membrane extracorporelle : 6,3 % (2,8–9,8 %).
  • La dysfonction myocardique s’était améliorée chez 55,1 % des patients (33,4–76,8 %) au moment de leur sortie de l’hôpital.
  • La mortalité était de 1,9 % (1,0–2,8 %).

Limites

  • Peu de patients ont été inclus.
  • La méthodologie de toutes les études était observationnelle.