COVID-19 : une excrétion virale prolongée est associée au sexe masculin, à la présence d’une lymphopénie et à la sévérité de la maladie

  • Shi D & al.
  • J Infect Dis
  • 17 août 2020

  • Par Liz Scherer
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La clairance virale du coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2) semble être influencée par le sexe masculin, la sévérité de la maladie et la présence d’une lymphopénie.
  • Une durée de clairance prolongée est également influencée par la positivité à l’acide ribonucléique (ARN) du virus dans les échantillons fécaux.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les corticostéroïdes à dose élevée ne semblent pas être plus efficaces que les corticostéroïdes dont la dose est modérée à faible.
  • Une durée d’observation en isolement plus longue pourrait être justifiée chez les patients dont les échantillons fécaux sont positifs à l’ARN du virus.

Principaux résultats

  • 99 patients (61,6 % d’hommes).
  • 61,6 % des patients (n = 61) ont été testés négatifs au virus et 38,4 % (n = 38) ont été testés positifs au virus après plusieurs jours.
  • Âge médian : 54 ans, avec 22,2 % de patients de plus de 65 ans.
  • Durée médiane de l’excrétion virale persistante : 16 jours (intervalle interquartile : 13–21).
    • 19 jours en cas de résultat positif au virus, contre 15 jours en cas de résultat négatif au virus (P = 0,002).
  • Les facteurs indépendamment associés (rapport de risque [RR] ; IC à 95 %) à une excrétion plus longue de l’ARN du SARS-CoV-2, dans le cadre d’une analyse multivariée, étaient :
    • le sexe masculin : 0,58 (0,35–0,98) ;
    • l’utilisation d’immunoglobulines : 0,42 (0,24–0,76) ;
    • le score APACHE II : 0,89 (0,84–0,96) ;
    • la numération de lymphocytes : 1,81 (1,05–3,10).
  • La clairance du virus a pris plus de temps chez les patients ayant des échantillons fécaux positifs que chez ceux dont les échantillons fécaux étaient négatifs (valeur de P au test logarithmique par rangs = 0,003).

Méthodologie

  • Une analyse de cohorte rétrospective monocentrique a caractérisé les facteurs influençant la durée de l’excrétion du SARS-CoV-2 chez les patients pour qui la détection du virus était négative, par rapport à ceux pour qui la détection était positive de manière persistante, durant l’hospitalisation.
  • Financement : Fondation des sciences naturelles de la province du Zhejiang, Chine.

Limites

  • Date limite établie au jour 28.
  • Le caractère généralisable des résultats est limité.