COVID-19 : une étude de petite envergure interroge sur la valeur des masques chirurgicaux et en coton

  • Bae S & al.
  • Ann Intern Med
  • 6 avr. 2020

  • Par Liz Scherer
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Selon les résultats de cette étude de petite envergure, l’utilité des masques chirurgicaux et en coton dans le cadre de la prévention de la dissémination dans l’air de gouttelettes contaminées par le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2), projetées par des patients atteints de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) qui toussent, pourrait être discutable.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) continue d’affirmer que les données probantes en faveur du port du masque facial dans la communauté sont limitées, en particulier pour les personnes en bonne santé vivant avec ou au contact de personnes ayant fait l’objet d’un test positif au SARS-CoV-2.
  • Les patients sont invités à suivre les directives nationales, y compris sur le port, le retrait et l’élimination appropriés des masques, ainsi que sur un lavage approprié des mains après avoir touché les surfaces extérieures d’un masque.

Protocole de l’étude

  • Il a été demandé à quatre patients de tousser cinq fois derrière chaque type de masque disposé sur une boîte de Petri contenant 1 ml de milieu de transport viral.
  • Séquence de test : aucun masque, masque chirurgical, masque en coton, aucun masque. 
  • Séquence de prélèvement : prélèvements extérieurs et intérieurs pour chaque type de masque.
  • Financement : Projet de financement pour la recherche sur les maladies infectieuses, République de Corée.

Principaux résultats

  • Charge virale médiane dans les prélèvements (copies logarithmiques/ml) :
    • Nasopharyngé : 5,66.
    • Salive : 4,00.
  • Charge virale médiane dans les boîtes de Petri (copies logarithmiques/ml) après que le patient a toussé :
    • Aucun masque : 2,56.
    • Masque chirurgical : 2,42.
    • Masque en coton : 1,85.
  • Dans trois des quatre tests des masques chirurgicaux et en coton, les surfaces intérieures des masques étaient négatives.
  • Les surfaces extérieures des masques étaient, quant à elles, positives après tous les tests, avec des plages de 2,11 à 2,63 copies logarithmiques/ml pour les masques chirurgicaux et de 2,58 à 3,61 copies logarithmiques/ml pour les masques en coton.

Limites 

  • Seuls quatre patients ont été inclus.
  • Les masques N95 n’ont pas été testés.
  • La dynamique de transmission n’est pas reflétée.