COVID-19 : une étude aux États-Unis révèle un taux de mortalité de 1 sur 10 chez les patients hospitalisés à court terme

  • Richardson S & al.
  • JAMA
  • 22 avr. 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une étude menée aux États-Unis, auprès de 5 700 patients hospitalisés pour cause de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) à New York, a révélé que, sur 2 634 patients ayant quitté l’hôpital ou étant décédé à la date de la censure administrative des données, 553 (21 %) étaient décédés et 2 081 (79 %) avaient quitté l’hôpital.
  • Les 3 066 patients restants étaient toujours vivants au suivi médian de courte durée de l’étude de 4,5 jours (intervalle interquartile : 2,4–8,1), pour un taux de mortalité globale à court terme de 9,7 %.

Pourquoi est-ce important ?

  • Cette étude est la première série de cas prospective de grande envergure aux États-Unis.

Protocole de l’étude

  • Il s’agit d’une série de cas prospective (N = 5 700) de patients atteints du COVID-19 (résultat positif au coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère [SARS-CoV-2] confirmé par test par réaction en chaîne par polymérase [Polymerase Chain Reaction, PCR]), admis dans 12 hôpitaux de la région de la ville de New York, du 1er mars au 4 avril 2020.
  • Les auteurs se sont concentrés sur un sous-ensemble de 2 634 patients ayant quitté l’hôpital ou étant décédés à la date du 4 avril 2020 (date limite de l’étude).
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH).

Principaux résultats

  • Cohorte globale (5 700 patients) :
    • Âge médian : 63 ans ; 39,7 % de femmes.
    • Au moment du triage (présentation des cas), 30,7 % des patients étaient fébriles, 17,3 % avaient une fréquence respiratoire supérieure à 24 respirations/minute et 27,8 % ont reçu un apport supplémentaire en oxygène.
    • Les comorbidités les plus fréquentes étaient :
      • l’hypertension : 56,6 % ;
      • l’obésité : 41,7 % ;
      • le diabète : 33,8 %.
    • Le taux de co-infection virale respiratoire était de 2,1 %.
    • 1 151 patients (20,2 %) ont nécessité une ventilation artificielle invasive.
      • Sur ces 1 151 patients, à la date limite de l’étude, 38 patients (3,3 %) avaient quitté l’hôpital vivants, 282 patients (24,5 %) étaient décédés et 831 patients (72,2 %) étaient toujours hospitalisés.
    • 5 147 patients (90,3 %) étaient toujours en vie à la date limite de l’étude.
  • Dans le sous-ensemble de 2 634 patients ayant quitté l’hôpital vivants ou qui étaient décédés à la date limite de censure administrative des données de l’étude (4 avril 2020) :
    • 373 patients (14,2 % ; âge médian : 68 ans) avaient été admis en unité de soins intensifs (USI) ;
    • 320 patients (12,2 %) avaient fait l’objet d’une ventilation artificielle invasive ;
    • 81 patients (3,2 %) avaient reçu une thérapie de remplacement rénal ; 
    • 553 patients (21 %) étaient décédés ; 2 081 patients (79 %) avaient quitté l’hôpital.
    • Aucun décès n’a été signalé chez des patients âgés de moins de 20 ans.

Limites

  • Série de cas.
  • Protocole observationnel.
  • Durée de suivi très courte.