COVID-19 : tour d'horizon de la semaine du 24 avril


  • Ben Gallarda
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

En raison de l'évolution rapide de la pandémie COVID-19, Univadis souhaite partager avec vous l'actualité couverte par nos équipes éditoriales au niveau européen. Retrouvez ci-dessous une sélection des articles.

Certains de ces articles ne sont publiés uniquement dans leur langue originale, précision entre parenthèses. Nous avons extrait pour vous quelques points clés de ces articles. Un lien vers la source originale de l’article permettra à ceux qui le souhaitent d'aller plus loin. 

Ce tour d’horizon européen apporte un aperçu de pratiques cliniques, recommandations, découvertes émergentes au cours de cette pandémie. De manière générale, toutes les informations concernant COVID-19 sont susceptibles de subir une actualisation avec l’avancée des connaissances. Les dates de publication des articles sont plus que jamais importantes. Certaines des informations ci-dessous peuvent également ne pas être en adéquation avec les directives des autorités sanitaires françaises. Veuillez les considérer uniquement comme étant indicatives des pratiques européennes. 

Par ailleurs, sachez que vous pouvez retrouver toute l’actualité que nous publions sur l’épidémie sur le site internet Univadis ou l'application pour smartphone. Un onglet spécial focus "COVID-19" a été créé dans le menu de gauche, sous l’ensemble des spécialités.

Nous espérons que ces informations vous intéresseront, et vous aideront dans la prise en charge de vos patients directement concernés par COVID-19 ou non.

  1. La Haute Autorité de Santé (HAS) française a publié des "réponses rapides" permettant aux professionnels autorisés, à prescrire une interruption volontaire de grossesse (IVG) médicamenteuse jusqu'à la 8ou 9semaine d’aménorrhée (SA). Leur objectif est de limiter le risque d'exposition au COVID-19, tout en permettant aux femmes qui le souhaitent, de choisir entre des interventions médicamenteuses ou chirurgicales. Ces « réponses rapides » ont été élaborées en collaboration avec le Collège national des gynécologues et obstétriciens français et comprennent deux propositions de protocoles médicaux spécifiques ainsi que des directives concernant les contacts et les soins pour les patientes.
  2. En France, les centres de pharmacovigilance de Dijon et de Nice ont transmis les évaluations initiales des premières notifications d’événements indésirables (EI) chez les patients atteints de COVID-19 recevant des traitements expérimentaux. L'étude de Dijon a rapporté 100 EI, 82 graves et 4 décès, répartis entre le lopinavir-ritonavir et l'hydroxychloroquine. L'étude de Nice, axée sur les événements cardiovasculaires, a fait état de 53 EI, dont 7 décès; 43 de ces EI étaient dus à l'utilisation d'hydroxychloroquine seule ou en combinaison avec l'azithromycine.
  3. La région de Saxe en Allemagne a rendu obligatoire l'utilisation de masques et prévoit un besoin de 8 à 12 milliards par an. Les experts allemands mettent cependant en garde contre un faux sentiment de sécurité accompagnant l'utilisation de masque. Côté positif, l'Allemagne indique que 17.393 lits de soins intensifs sont occupés et 12.665 sont actuellement libres (58%/42%), analyse réalisée à partir des données de plus de 95% des hôpitaux ayant répondu.
  4. D'autres recherches mettent en cause les effets de COVID-19 sur plusieurs organes [anglais]. L'hôpital universitaire de Zurich signale des atteintes de l'endothélium au niveau de plusieurs organes, ce qui nécessite plus de précautions pour protéger la vascularisation des patients.
  5. Le Royaume-Uni [anglais] propose une formation en ligne sur les ventilateurs dans un module de 30 minutes pour les cliniciens qui ne sont pas familiarisés avec l'équipement. Développé par l'Imperial College de Londres, cet outil est accessible sur smartphone à domicile ou en temps réel.
  6. Le projet Life Lines au Royaume-Uni [anglais] vise à fournir deux tablettes numériques à chaque unité de soins intensifs du pays afin de permettre aux proches des patients de les voir et de leur parler, ainsi qu'à leurs cliniciens par le biais d'une liaison vidéo sécurisée.
  7. L'Espagne va initier une étude de séroprévalence sur 60.000 personnes. Celle-ci débutera la semaine prochaine. Les résultats sont attendus dans plusieurs semaines, et serviront à informer le gouvernement espagnol pour la stratégie de déconfinement.
  8. Le ministère espagnol de la santé [espagnol] a publié un rapport technico-scientifique montrant que les fumeurs sont 1,4 fois plus exposés à des maladies graves et 2,4 fois plus exposés au risque d'admission en soins intensifs ou de ventilation mécanique. De nombreuses études ont été analysées et les résultats sont très mitigés, mais de plus en plus de preuves indiquent que le tabagisme pourrait être un facteur de risque d'aggravation de l'infection par COVID-19.
  9. Un groupe d'auteurs italiens et suisses ont publié en collaboration avec l'ESMO des recommandations pour le traitement des patients atteints de cancer du poumon pendant le contexte de l'épidémie actuelle. Dans le principe du "primum non nocere", les auteurs préconisent des mesures pour équilibrer les avantages et les risques en termes de survie aux différents stades de la maladie.