COVID-19 : tour d'horizon de la semaine du 10 avril


  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

En raison de l'évolution rapide de la pandémie COVID-19, Univadis souhaite partager avec vous l'actualité couverte par nos équipes éditoriales au niveau européen. Retrouvez ci-dessous une sélection des articles.

Certains de ces articles ne sont publiés uniquement dans leur langue originale, précision entre parenthèses. Nous avons extrait pour vous quelques points clés de ces articles. Un lien vers la source originale de l’article permettra à ceux qui le souhaitent d'aller plus loin. 

Ce tour d’horizon européen apporte un aperçu de pratiques cliniques, recommandations, découvertes émergentes au cours de cette pandémie. De manière générale, toutes les informations concernant COVID-19 sont susceptibles de subir une actualisation avec l’avancée des connaissances. Les dates de publication des articles sont plus que jamais importantes. Certaines des informations ci-dessous peuvent également ne pas être en adéquation avec les directives des autorités sanitaires françaises. Veuillez les considérer uniquement comme étant indicatives des pratiques européennes. 

Par ailleurs, sachez que vous pouvez retrouver toute l’actualité que nous publions sur l’épidémie sur le site Internet Univadis ou l'application pour smartphone. Un onglet spécial focus "COVID-19" a été créé dans le menu de gauche, sous l’ensemble des spécialités.

Nous espérons que ces informations vous intéresseront, et vous aideront dans la prise en charge de vos patients directement concernés par COVID-19 ou non.

1. L'Allemagne est le pays européen ayant le plus de lits de soins intensifs : 

Selon un rapport récent, avant même le début de la crise, l'Allemagne comptait 33,9 lits de soins intensifs pour 100.000 habitants, soit un total d'environ 28.000. En comparaison, en Italie (8,6) et en Espagne (9,7), qui sont actuellement particulièrement touchées par la pandémie, le taux est beaucoup plus faible, et la France (16,3) dispose également de beaucoup moins de lits de soins intensifs. En revanche, l'Autriche (28,9) et les États-Unis (25,8) sont, comme l'Allemagne, en relativement bonne position.

2. Un groupe de chercheurs italiens commente l'idée d'une utilisation prophylactique de la chloroquine et de l'hydroxychloroquine à grande échelle pour lutter contre la pandémie de COVID-19. Les principales préoccupations des experts sont les suivantes :

  • Est-il éthique de proposer l'administration de chloroquine ou d'hydroxychloroquine pour prévenir la propagation de COVID-19 sans disposer de données médicales probantes à l'appui ?
  • Considérant le principe de "ne pas nuire", existe-t-il un risque -même "contrôlé"- d'utiliser ces médicaments en cas de pandémie ?
  • En l'absence de contre-indication, ces médicaments pourraient-ils être des candidats sûrs et peu chers pour une action prophylactique chez des sujets en bonne santé dans les zones à risque ou chez des sujets séro-positifs et asymptomatiques ?
  • Dans l'attente de données scientifiques solides, la communauté scientifique évalue l'utilisation prophylactique des médicaments antipaludiques. Si cette approche était acceptée au niveau mondial, les stocks de chloroquine et d'hydroxychloroquine pourraient ne pas être suffisants.
  1. Dilemme éthique au Royaume-Uni : qui sauver ?
    • Des discussions auparavant impensables doivent maintenant avoir lieu et les médecins ont un besoin urgent de recommandations. 
    • Au Royaume-Uni, les recommandations concernant le cadre éthique ont été actualisées pour la dernière fois en 2017. Elles mentionnent : " tout le monde est égal,cela ne signifie pas que tout le monde est traité de la même façon". Des organisations professionnelles comme la British Medical Association et le Royal College of Physicians ont également établi des recommandations pour leurs membres.

4. Le ministre espagnol de la santé, Salvador Illa, a annoncé qu'une étude de séroprévalence visant à évaluer l'immunisation de la population espagnole contre le COVID-19 commencera "dès que possible, la semaine prochaine", en analysant un échantillon de 60.000 personnes en deux vagues de 30.000 personnes.

5. Les premiers chiffres de COVID-19 disponibles dans les structures sociales et médico-sociales françaises. La France est confrontée à une étape importante de l'épidémie. Si certains chiffres semblent indiquer un début de ralentissement du développement de l’épidémie depuis le début du confinement - à confirmer dans les prochains jours - la tension est encore très forte dans les hôpitaux dont la capacité de réanimation est saturée ou proche de la saturation dans certaines zones. Lors de l'un de ses derniers point de presse, le directeur général de la Santé Jérôme Salomon a fait état de 14.638 cas confirmés ou possibles de COVID-19 et de 884 décès signalés par les structures sociales et médico-sociales françaises. 

6. Les autorités de l'UE travaillent avec la chaîne d'approvisionnement pharmaceutique pour atténuer et prévenir les pénuries de médicaments pour le COVID-19. Pour plus d'informations, consultez les informations sur le registre des stocks de médicaments de l'EMA, qui renseigne les données des différents pays européens.

7. Une nouvelle étude montre que les patients diabétiques sont à haut risque de pneumonie grave, de lésions tissulaires et d'inflammation sévère. Les principales données sont les suivantes : (1) en cas de diabète, les modifications sur les clichés pulmonaires sont plus importantes ; (2) les patients diabétiques font plus souvent des pneumonies graves ; (3) les patients diabétiques ont des taux plus élevés d'enzymes en lien avec une lésion tissulaire, une réponse inflammatoire excessive non contrôlée et/ou un état hypercoagulation.