COVID-19 : quelques précisions sur les mesures barrières et les masques


  • Serge Cannasse
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le Haut Conseil de la santé publique a actualisé ses recommandations concernant les mesures barrières dans le cadre de l’activité physique et sportive en milieu clos, ainsi que celles portant sur l’utilisation des masques. Il s’agit de documents très complets, et très longs, dont voici les principaux points.

Activité physique et sportive en milieu couvert

  • L’aération par ouverture des fenêtres doit être permanente. Si elle n’est pas possible, la salle concernée ne doit pas être utilisée. La qualité de l’air peut être évaluée grâce à une mesure de la concentration en dioxyde de carbone (CO2) par des capteurs portables au cours de quelques séances actives. Les espaces intérieurs tels que cafétérias ou clubs-houses doivent rester fermés au public, ainsi que les vestiaires collectifs.

  • Il est impératif qu’une personne ou un de ses proches ayant des symptômes évocateurs de COVID-19 ne fréquente pas les établissements sportifs. Il est recommandé d’établir une liste nominative horodatée des personnes fréquentant les espaces collectifs d’activités physiques et sportives aux fins de traçage en cas de signalement de maladie COVID-19 ou de sujet contact.

  • Des distributeurs de produits hydro-alcooliques seront mis à disposition. Une hygiène régulière des mains sera pratiquée tout au long de l’activité.

  • Une distance physique sera maintenue, évaluée notamment par la nature de l’activité et par la possibilité de porter un masque. Les sports collectifs ne permettant pas le respect d’une distance minimum de deux mètres seront interdits dans les espaces clos.

  • Le port d’un masque grand public en tissu réutilisable couvrant nez, bouche et menton, et répondant aux spécifications AFNOR S76-001 ou d’un masque à usage médical normé pour les personnes à risque de forme grave de COVID-19, doit être respecté en permanence dans l’ensemble des locaux (hors douches), sauf si l’activité physique ou sportive ne le permet pas.

Masques : généralités

Le HCSP rappelle que l'utilisation d'un masque n'offre pas une protection complète : le respect de la distance physique entre les personnes et de l’hygiène des mains reste important.

  • Les masques grand public en tissu réutilisables, particulièrement s’ils sont de fabrication industrielle et de catégorie 1 (UNS1), peuvent être recommandés en population générale : le port du masque par des personnes asymptomatiques réduit fortement la transmission du SARS-CoV-2. Par ailleurs, un masque de fabrication artisanale est plus utile que l’absence de masque dans la population générale, sans atteindre le niveau de protection de masques normés.

  • « Quel que soit le type de masque, pour être efficace celui-ci doit être correctement ajusté sur le nez (éviter l’émission de gouttelettes par l’éternuement et assurer une étanchéité du masque par le haut), la bouche (éviter l’expulsion de gouttelettes lors de la parole et la toux) et le menton (fixation du masque en bas du visage afin d’éviter les fuites vers le bas). Le bon port de masque permet également de se protéger soi-même face à une personne contagieuse. »

  • Il n’y a pas de contre-indication au port du masque. L’existence de dermatoses bénignes ne justifie pas leur suppression. Les allergies sont exceptionnelles.

  • Les masques doivent être lavés en machine avec un détergent, avec un cycle à 40°C d’une durée de 30 minutes minimum. En cas de lavage à la main, il faut le faire précéder d’un trempage d’au moins une demi-heure et éviter tout brossage. Les masques doivent être éliminés dans la filière des ordures ménagères.

  • Placer un masque au congélateur ne sert à rien : les virus ne sont pas détruits par le froid.

  • La fenêtre transparente de certains masques ne doit pas avoir une surface dépassant la moitié de la surface totale du masque.

Situations et types de masques

  • Le port systématique d’un masque à usage médical répondant à la norme EN 14683 :2019 est recommandé pour les professionnels de santé dans le cadre de leurs activités, ainsi que par les patients en cabinet libéral et dans un établissement (déplacement et dans leur chambre lors d’une visite), en fonction de sa tolérance (ex. gériatrie, pédiatrie, etc.), notamment chez ceux ayant des signes respiratoires.

  • Le port d’un masque grand public en tissu réutilisable, couvrant le nez, la bouche et le menton et répondant aux spécifications Afnor S76-001, est recommandé dans tous les lieux clos publics et privés collectifs. Un masque peut être porté en continu pendant une durée maximale de 4 heures.

  • En l’absence de masques UNS1 homologués, les masques grand public UNS2 comme les masques en tissu réutilisable de fabrication artisanale, quelle que soit leur performance de filtration, doivent être portés par des personnels en contact avec la population dans les établissements recevant du public.

  • Le port d’un masque grand public adapté par les enfants dès l’âge de 6 ans à l’école élémentaire (du CP au CM2) est recommandé, en respectant les difficultés spécifiques, notamment comportementales.

  • Par précaution, pendant un accouchement, lors des efforts expulsifs avec hyperventilation, le port d’un masque à usage médical par le(s) professionnel(s) et la femme qui accouche, ayant ou non des symptômes du COVID-19, est recommandé. Cependant, pour celle-ci, il ne doit pas être obligatoire ; de plus le port d’un masque de type FFP2 n’est recommandé en aucun cas. La réalisation d’un test RT-PCR ou d’un test antigénique peut s’avérer utile.