COVID-19 : quelques faits marquants en Europe pour la semaine du 22 au 28 mars


  • Ben Gallarda
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

En raison de l'évolution rapide de la pandémie COVID-19, nous souhaitons partager avec vous quelques uns des articles en lien avec la pratique clinique réalisés par nos équipes cette semaine au niveau européen.

Certains de ces articles n’étant publiés qu’en langue locale, nous avons essayé d’en résumer pour vous les points essentiels et établi un lien vers la source originale au cas où vous souhaiteriez allez plus loin, les langues autres que le français étant indiquées entre parenthèses.

Il s'agit d'un aperçu des meilleures pratiques qui émergent au cours de cette pandémie dont l’évolution est extrêmement rapide. L’avancée des connaissances dans le domaine et l'actualisation des mesures de prise en charge impliquent que toutes les informations relatives au COVID-19 sont susceptibles d’être régulièrement mises à jour.

Nous espérons que ces informations vous seront utiles pour la poursuite des soins que vous prodiguez, que vos patients soient directement concernés par COVID-19 ou non.

Quels sont les médicaments qui peuvent aggraver les symptômes :

  • La France a recommandé d'éviter les AINS auto-administrés, car ils peuvent aggraver les symptômes de la COVID-19.
  • Extrait de la revue The Lancet [anglais] : Les inhibiteurs de l'ECA et les ARA pour l'hypertension pourraient provoquer des effets secondaires dus au mécanisme d'infection du SRAS-CoV-2.
  • La France a mis en place un site de contrôle des médicaments : www.covid19-medicaments.com.

Le lopinavir-ritonavir n'a montré aucun bénéfice clinique dans un essai contrôlé randomisé [anglais] de 199 patients :

  • L'association n'a pas amélioré la survie ni le délai avant une amélioration clinique
  • Un éditorial a également été publié sur ces résultats, détaillant les raisons possibles de l'absence d'effet.

 

Conseils aux médecins généralistes sur les consultations par téléphone [anglais] et par vidéo [anglais]:

  • Prévoyez d'utiliser une liste reprenant les items à aborder pour guider et consigner la consultation.
  • Déterminez qui est votre interlocuteur et quel est l’objet de l'appel.
  • Vérifiez quels sont les symptômes ? Les principaux symptômes de l'infection à COVID-19 sont l'apparition d'une fièvre et d'une toux continue. 
  • Demandez au patient s'il a des problèmes de santé préexistants.
  • Renseignez-vous sur les signes spécifiques de détérioration de l’état de santé et donnez des conseils clairs sur ces signes et sur ce qu'il faut faire à leur sujet.
  • Donnez des conseils clairs sur le confinement à la maison.
  • Vérifiez si le patient est déjà sous traitement, afin de vérifier s’il faut en modifier ou en suspendre certains pendant une période de fièvre et de déshydratation éventuelle.

Une oxygénation nasale à haut débit peut accélérer et simplifier l'intubation trachéale [anglais]:

  • Par rapport à une oxygénation au masque standard, l'utilisation d'une oxygénation nasale à haut débit pendant l'intubation a permis de réduire la durée de la procédure d'intubation, ainsi que le besoin de ventilation au masque.
  • La préoxygénation par masque à valve et ballon peut entraîner une désaturation et mettre en danger les soignants.
  • Différents facteurs de risque de transmission virale durant l'intubation ont été identifiés, il s’agit de la laryngoscopie directe, d’une sédation inadéquate, de la toux, de la ventilation manuelle.

Leçons tirées de l'expérience internationale :

  • Ce qui fonctionne : tester tôt, souvent et largement ; isoler rapidement les cas confirmés ; retrouver les contacts des cas confirmés ; le confinement est un palliatif essentiel ; des masques pour tous.
  • Avantages et faiblesses du système de santé : les inégalités sociales et le manque de matériels et/ou de soignants ont des effets négatifs à l'échelle mondiale ; la gratuité des soins est un atout considérable ; les médecins généralistes jouent un rôle essentiel ; le nombre de ventilateurs est crucial ; l'utilisation avantageuse de la technologie ; l'importance de réponses gouvernementales centralisées et transparentes.

Recommandations pour les médecins généralistes [allemand] :

  • Outre l'autoprotection, la protection du personnel et des autres patients est une priorité absolue.
  • Les patients souffrant d'infections respiratoires aiguës et les personnes concernées devraient être encouragés à rester chez eux et, de préférence, à ne pas se rendre au cabinet médical.
  • Les tests ne sont pas effectués en cabinet médical, mais dans des centres de test régionaux/ Tél. 116 117 (Allemagne) / Département de la santé ; ou bien, en demandant au patient de réaliser lui-même le prélèvement de gorge.

Résultats obstétriques et néonataux [anglais] :

  • Étude rétrospective de 7 patients atteints de pneumonie COVID-19.
  • Les résultats pour la mère et l'enfant étaient bons : pas de soins intensifs nécessaires, poids normal à la naissance.
  • 1 (sur 3) nourrisson testé positif pour COVID-19, sorti après 2 semaines, aucun symptôme respiratoire au suivi de 28 jours.

Amélioration des tests [anglais] :

  • Un test PCR standard, mais plus rapide, réalisable en 45 minutes vient d'être approuvé aux États-Unis.
  • Les tests basés sur les anticorps seront bientôt disponibles, sur la base des travaux de l'Institut Pasteur.

Registre de partage d'informations clés sur les patients [espagnol] :

  • L'objectif est de partager des informations scientifiques entre les hôpitaux et d'utiliser des algorithmes pour prendre des décisions en temps réel sur la base de données cliniques.
  • Plus de 50 hôpitaux en Espagne utilisent déjà ce registre.
  • Les demandes d'inscription peuvent être envoyées à [email protected].

Premiers résultats de la Lombardie [italien] :

  • La contagiosité du virus est très élevée et le nombre de cas est rapidement devenu insoutenable.
  • Une sensibilisation accrue du public et des mesures restrictives appliquées à un stade précoce sont susceptibles d'entraîner une réduction du nombre de cas.
  • Résultats d'une étude préliminaire sur l'arXiv [anglais].

Meilleures pratiques de l'ESICM en matière de soins intensifs [anglais] :

  • Utiliser des masques respiratoires adaptés (N96/FFP2) pendant les procédures génératrices d'aérosols.
  • Éviter les hydroxyéthylamidons pour la réanimation aiguë.
  • Patients sous ventilation mécanique : utiliser un faible volume courant (4-8 ml/kg), viser des pressions de plateau (20).
  • Utiliser une stratégie de pression expiratoire positive (PEP) élevée (>10 cm H2O), surveiller les barotraumatismes et éviter les manœuvres de recrutement PEP incrémentielles.