COVID-19 : quel est le score prédictif le plus précis du risque de décès intra-hospitalier ?

  • Zou X & al.
  • Crit Care Med
  • 1 mai 2020

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Messages principaux

  • Le score APACHE II  (Acute Physiology and Chronic Health Evaluation II) est indépendamment associé à la mortalité hospitalière associée au COVID-19 et semble le plus discriminant par rapport aux scores SOFA ou CURB65. Le seuil de 17 peut être utilisé comme indicateur de risque important et peut constituer un critère d’alerte clinique. 

Étant donné la disparité de l’évolution clinique des cas de COVID-19, avec des situations se détériorant parfois rapidement lors de l’hospitalisation, l’utilisation de scores prédictifs permettraient d’aider les praticiens à adapter leur prise en charge et aider à l’établissement de recommandations spécifiques pour les patients à risque. Une équipe chinoise issue d’un hôpital de Wuhan (Chine) a souhaité évaluer l'association entre le score APACHE II et le taux de mortalité des patients COVID-19 hospitalisés ainsi que la valeur prédictive de la mortalité associée à ce score. Ils ont évalué en comparaison la valeur prédictive liée à deux autres scores de sévérité clinique : le score SOFA ( Sequential Organ Failure Assessment ) et le score CURB65 ( Confusion, Urea, Respiratory rate, Blood pressure, Age 65 ).

Ils ont ainsi analysé les données de 154 patients COVID-19 confirmés hospitalisés durant un mois à partir du 10 janvier 2020, avec un suivi maintenu jusqu’au 25 février. L’âge moyen était de 60,7 ans et 43,5% étaient des hommes. Les patients ont été suivis jusqu'au 25 février 2020. Les différents scores ont été calculés dans les 24 heures suivant l’admission à l'hôpital. Les signes les plus courants étaient la fièvre (89,61%), la toux (66,88%) et la dyspnée (48,70%).

Un score APACHE II de 17 représente le meilleure seuil prédictif

Parmi les 154 patients inclus (tous sauf 11 ont été admis directement en unité de soins intensifs), 78 étaient dans un état critique et 33,77% sont décédés (dont deux-tiers des sujets en état critique).

Plusieurs paramètres cliniques distinguaient les patients décédés des autres, notamment l’âge de 60 ans ou plus, la présence d’une coronaropathie, d’une dyspnée ou d’une diarrhée, une fréquence respiratoire supérieure, la présence d’une complication, le délai avant hospitalisation... Sur le plan biologique, plusieurs paramètres -dont le taux de leucocytes, de monocytes, de d-dimères, de bilirubine, de procalcitonine - étaient supérieurs dans le groupe des patients décédés.

Le score APACHE II était plus élevé chez les sujets décédés que chez les autres : valeur moyenne 23,23 contre 10,87 (p

Selon l’analyse multivariée, les scores APACHE II et SOFA étaient associés au risque de mortalité des patients hospitalisés. Selon la comparaison de la performance des 3 scores, APACHE II était le plus efficace que les deux autres. Avec une valeur seuil de 17 utilisée dans l'analyse ROC, l'AUC était de 0,966 pour APACHE II, contre 0,867 pour SOFA (valeur seuil de 3) et 0,844 pour CURB65 (valeur seuil de 1).

Parce que le centre investigateur était un centre de référence pour le traitement du COVID-19, il est possible que les cas admis aient été plus graves et non représentatifs de l’ensemble des patients infectés. Pour autant, cette étude propose d’utiliser le score APACHE II pour identifier rapidement les patients les plus à risque.