COVID-19 : Que sait-on de la contagiosité liée au virus ?

  • Professeure Anne Goffard, virologue au CHU de Lille et chercheure à l’Institut Pasteur de Lille

  • Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Article réalisé en collaboration avec le Professeure Anne Goffard, virologue au CHU de Lille et chercheure à l’Institut Pasteur de Lille. 

 

Une méta-analyse récemment publiée dans la revue The Lancet Microbe offre l’opportunité de prendre un peu de recul sur certaines données liées à la contagiosité.

Durant combien de temps détecte-t-on de l’ARN viral dans l’organisme ?

Après contamination, l’ARN viral est détecté durant 17 jours en moyenne dans les voies respiratoires supérieures (avec une valeur maximale de 83 jours), 14,6 jours en moyenne dans les voies respiratoires inférieures (valeur maximale 59 jours), 17,2 jours en moyenne dans les selles (valeur maximale 126 jours) et 16,6 jours en moyenne dans le sérum (valeur maximale 60 jours). Cette durée moyenne d’excrétion de l’ARN viral augmenterait avec l’âge. Ainsi, au-delà de 60 ans, plus l’individu est âgé, plus l’excrétion de l’ARN virale perdurerait. L’excrétion virale durerait également plus longtemps chez l’homme.

Durant combien de jours est-on contagieux ?

Professeur Anne Goffard : « La présence d’ARN viral ne signifie pas que le sujet soit pour autant infectieux. En effet, la contagiosité dépend de la présence de SARS-CoV-2 infectieux et en quantité suffisamment importante, ce que l’on appelle la charge virale. Cette étude confirme la présence de virus infectieux dans les voies aériennes jusqu’à 8 jours après le début des signes cliniques, même si l’ARN viral est détecté plus longtemps. Selon cette même méta-analyse, un pic de charge virale apparaitrait dans les voies respiratoires supérieures dans les 3 à 5 jours après le début des symptômes, et plus tardivement, au cours de la seconde semaine dans les voies respiratoires inférieures. Par ailleurs, aucune étude n’a détecté du virus infectieux au-delà du 9è  jour de la maladie, même chez des personnes ayant eu des charges virales importantes persistantes. Ainsi s’il faut retenir un message simple, un sujet est contagieux durant une semaine environ. »

Est-ce similaire pour les personnes asymptomatiques ?

La majorité des études ayant comparé les charges virales d’individus asymptomatiques et symptomatiques montrent qu’elles seraient similaires. Cette méta-analyse suggère que la clairance du virus serait plus rapide chez les personnes asymptomatiques. Ainsi, bien que de l’ARN viral soit détectable sur une longue période, la durée d’infectiosité serait relativement courte. D’où l’intérêt d’une stratégie de détection et d’isolement précoce des cas symptomatiques et asymptomatiques et une éducation de la population à la période de contagiosité.