COVID-19 : prise en charge des patients par les généralistes


  • Serge Cannasse
  • Actualités socio-professionnelles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Plus de 1.200 praticiens du Panel d’observation des pratiques et des conditions d’exercice en médecine générale ont répondu à l’enquête menée entre le 6 octobre et le 15 novembre 2020, par internet et téléphone, sur leur mode de prise en charge des patients atteints ou non de COVID-19.

Neuf sur dix ont déclaré avoir mis en place des mesures spécifiques dans leur salle d’attente pour ces deux types de patients et près de la moitié (46%) ont eu recours à des tranches horaires spécifiques pour la patientèle « COVID ». Sept sur dix ont déclaré avoir eu recours à la téléconsultation et ils étaient autant à déclarer avoir reçu leur dernier patient atteint de COVID-19 dans leur cabinet. Seuls 7% ont fait des visites à domicile.

Mode d’exercice

La moitié des médecins exerçant en cabinet de groupe ou en maison de santé pluriprofessionnelle ont adopté une gestion coordonnée de prise en charge de leurs patients, par exemple en se répartissant les consultations liées au COVID-19 et les autres. Un généraliste sur cinq faisait partie d’une CPTS (Communauté professionnelle territoriale de santé) ou d’un projet de CPTS. Parmi eux, six sur dix ont déclaré que celle-ci a mis en place un dispositif de prise en charge coordonnée des patients suspectés d’avoir contracté ou ayant contracté le COVID -19.

Modalités de prise en charge

En octobre-novembre, 27% des praticiens contactés ont consacré plus d’un quart de leur activité au COVID-19, contre 37% en avril et 11% en mai-juin. Cette proportion monte à 39% dans les départements les plus touchés par l’épidémie.

Près de 8 médecins sur 10 connaissent le dispositif de majoration tarifaire pour les consultations de patients testés positifs au COVID-19. Parmi eux, 44% l’utilisent.

Plus de la moitié des praticiens enquêtés ont reçu un ou des patients ayant des symptômes persistants après une infection par le SARS-CoV-2 durant le mois précédant l’interrogatoire et un sur trois en a reçu plusieurs. Les troubles les plus souvent rencontrés sont des difficultés respiratoires (61% des cas), de la souffrance psychique (43%) et de l’anosmie et agueusie (41%).

Deux tiers des médecins ont déclaré que leur dernier patient reçu pour COVID-19 était symptomatique mais seulement 8% que son état était grave ou très grave.

Tests

81% des médecins ont reçu les résultats du test prescrit en trois jours ou moins. Le délai entre le prélèvement et la validation du résultat était inférieur à 72 heures pour 94% des tests RT-PCR. La différence entre ces deux résultats s’explique probablement par le fait que certains patients ne réalisent pas le test immédiatement ou que certains laboratoires ne transmettent pas immédiatement les résultats.

Six médecins sur dix ont été prévenus du résultat du test de dépistage de leur dernier 

Deux médecins sur trois ont déclaré effectuer l’identification des cas contacts pour leur dernier patient testé positif au COVID-19. Parmi eux, 4 sur 10 ont fait un traçage complet des cas (incluant les contacts rapprochés hors du lieu de résidence).

Plus de 8 médecins sur dix ont prescrit un arrêt de travail à leur dernier patient testé positif et en âge de travailler (18-64 ans). Ils sont un peu moins de 6 sur 10 à prescrire des masques chirurgicaux.