COVID-19 : pourquoi envisager la colchicine ?


  • Fanny Le Brun
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Lorsque le système immunitaire est fortement sollicité pour lutter contre une infection virale, cela peut entraîner chez certains patients une libération massive de cytokines. Ce phénomène, appelé « orage cytokinique » ou « tempête cytokinique », est observé chez les patients admis pour COVID-19 en soins intensifs qui ont des taux sanguins en cytokines supérieurs à ceux des patients ayant une forme bénigne ou aux patients contrôles. Cette réaction inflammatoire incontrôlée engage le pronostic vital car elle est notamment responsable d’une inflammation généralisée et d’une défaillance multiviscérale.

Intérêt de la colchicine

De précédentes études ont montré que les virus de type SARS-CoV activent les inflammasomes NLRP3, des particules intracytoplasmiques qui stimulent la libération de cytokines pro-inflammatoires. La colchicine, indiquée dans le traitement des maladies auto-inflammatoires et de la goutte, empêcherait notamment l’assemblage de l’inflammasome NLRP3 et donc la libération de cytokines.

La colchicine apparaît ainsi comme une piste intéressante pour lutter contre les complications inflammatoires du COVID-19. Trois études ont déjà été lancées avec cette molécule afin de déterminer si un traitement à court terme réduirait le risque de complications pulmonaires et cardiaques et donc de décès liés au COVID-19 :

  • Une étude canadienne appelée COLCORONA prévoit d’inclure 6.000 patients suivis par téléphone ou vidéoconférence. Les participants doivent avoir été diagnostiqués positifs au COVID-19, avoir au moins 40 ans et ne pas être hospitalisés. Le traitement (colchicine ou placebo) est pris quotidiennement pendant 30 jours.
  • Une étude italienne randomisée, en ouvert, prévoit d’inclure 100 patients âgés d’au moins 18 ans qui reçoivent le traitement standard du COVID-19 seul ou associé à 1 mg de colchicine par jour.
  • Une étude grecque appelée GRECCO-19 randomisée, en ouvert, prévoit d’inclure 180 patients âgés de plus de 18 ans qui reçoivent le traitement standard du COVID-19 seul ou associé à 1 mg de colchicine par jour en 2 prises.