COVID-19 - Post-confinement : 4 scénarios possibles


  • Serge Cannasse
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

« Deux semaines après la sortie du confinement, on peut considérer que le niveau de circulation du virus est limité avec une situation contrôlée. » Si le Conseil scientifique part d’un constat encourageant, il reste néanmoins inquiet, tant les incertitudes sur l’avenir de la pandémie sont importantes. Dans un avis exceptionnellement étoffé, il décrit 4 scénarios probables tenant compte des connaissances acquises. Avec un objectif très clairement affiché : ne pas devoir choisir entre limiter le nombre de morts et limiter la casse socio-économique, sachant qu’un nouveau « confinement généralisé n’est pas souhaitable ni probablement acceptable. »

Un Plan de Prévention et de Protection Renforcées

Pour cela, il faut dès maintenant élaborer les mesures à prendre pour chaque scénario et s’en donner les moyens. Le Conseil scientifique préconise en premier lieu un plan de Prévention et de Protection Renforcées (P2R COVID) en 7 volets (ou protocoles) devant être activés « graduellement ou massivement » en fonction de la situation épidémique :

  • Renforcement des mesures barrières et des mesures de distanciation physique dans la population générale,

  • Renforcement de la stratégie « tester-tracer-isoler » (sur laquelle le Conseil insiste tout au long de son avis),

  • Confinement-protection renforcé des personnes à risque de formes graves (personnes âgées, comorbidités, précarité sociale),

  • Protection des EHPAD,

  • Populations en situation de grande précarité,

  • Grandes métropoles, où la circulation du virus est favorisée,

  • Préparation hospitalière (avec reconstitution de stocks de médicaments, de matériels et d’équipements de protection).

Deuxième exigence : disposer d’indicateurs le plus fiables possibles permettant de savoir dans quel scénario le pays se situe. Les tests RT-PCR, qui en sont un élément, devraient à présent être disponibles en nombre suffisant.

Troisième exigence : « une communication active afin de bien éclairer les Français sur l’avenir et de recueillir leurs opinions. » Elle doit notamment leur faire comprendre que les scénarios envisagés ne sont pas en continuité : chacun peut survenir à n’importe quel moment de l’évolution de la pandémie.

Quatre scénarios, dont un à éviter absolument

Scénario 1 : l’épidémie est sous contrôle. Le nombre de clusters est limité, l’incidence des cas de COVID-19 est faible et stable ou diminue. Cette situation implique le maintien des gestes barrière pour une période de 6 mois minimum, associé à une stratégie « tester-tracer-isoler », qualifiée d’’ essentielle ”. La levée progressive des mesures barrière (par exemple, restrictions de déplacement) seront levées progressivement en fonction des indicateurs.

Scénario 2 : un ou des clusters critiques signalant une reprise locale de l’épidémie. Il a déjà été observé en Allemagne et dans certains pays d’Asie. Le problème à résoudre est bien évidemment la définition d’un cluster « critique », pour laquelle les paramètres sont nombreux. Quoi qu’il en soit, cette situation impose des mesures locales à prendre le plus précocement possible : renforcement des gestes barrière, stratégie « massive » de « tester-isoler-dépister », campagne d’information incitant les gens à se faire dépister, en lien avec les médecins généralistes et les collectivités locales, possibilité de confinement limité au secteur concerné.

Scénario 3 : l’épidémie redémarre à bas bruit sur l’ensemble du territoire ou une région. Pour le Conseil scientifique, ce sera la traduction d’un « relâchement des mesures de contrôle de la circulation du virus par la population . » Il faudra alors activer l’ensemble des mesures du plan P2R-COVID, avec « une attention particulière » à la région Île-de-France et à la grande précarité.

Scénario 4 : l’épidémie atteint de nouveau un stade critique . Il posera un choix difficile aux autorités publiques : diminuer la mortalité due au COVID-19 ou « limiter l’impact délétère sur la société française », en essayant d’aménager une troisième voie, « assumer tout en la limitant une surmortalité hospitalière » en augmentant les capacités hospitalières.

Pour le Conseil, ces 4 scénarios exigent une préparation active non seulement des autorités publiques, mais aussi de la population, ainsi qu’une « gouvernance claire, opérationnelle et en partie territorialisée . »