COVID-19 : pas de dépistage systématique dans les établissements de santé et médico-sociaux


  • Serge Cannasse
  • Actualités socio-professionnelles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le Haut Conseil de santé publique (HCSP) a émis des recommandations sur le dépistage du SARS-CoV-2 dans les établissements de santé (ES) et les établissements médico-sociaux (EMS), en réponse à une saisine de la DGS (Direction générale de la santé) datée du 13 août 2020. La première question posée par celle-ci portait sur la pertinence d’un dépistage régulier des personnels et des patients de ces établissements.

La réponse du HCSP est nette : pas de dépistage systématique par prélèvement nasopharyngé et RT-PCR chez les professionnels de santé et les patients, qu’il soit régulier ou itératif en l’absence de cas positif dans l’environnement. Il n’est pas pertinent (peu d’efficacité par rapport à la stratégie de dépistage ciblé autour d’un cas) et se heurte à de grosses difficultés de réalisation, sans compter que la HAS réserve ces tests à des situations autres bien précises. Sa position pourrait évoluer si dans l’avenir la sensibilité des tests salivaires s’avérait égale ou supérieure à celle des tests sur prélèvements nasopharyngés. À noter que le HCSP ne rejoint pas certaines recommandations de dépistage systématique tous les 6 jours à cause du risque de relâchement des comportements pendant cette période et de la possibilité d’une nouvelle contamination dans cet intervalle de temps.

Actuellement, le HCSP ne recommande que des dépistages ciblés des personnes contacts (personnels ou patients/résidents) lors d’une investigation autour d’une personne détectée positive et ne respectant pas les mesures barrières. Il rappelle que la majorité des contaminations de soignants s’effectue en dehors des soins, notamment pendant les pauses sans respect des mesures barrières et en dehors de l’exercice professionnel.

Aussi rappelle-t-il la nécessité d’inciter les professionnels de santé à « l’autodéclaration et au dépistage en cas d’exposition lors de situations à risque (regroupement, non-respect des mesures barrières, y compris dans la vie communautaire hors milieu de soins ) ou d’apparition de symptômes compatibles avec le Covid-19. » Le dépistage du SARS-CoV-2 par RT-PCR chez les cas contacts est alors recommandé (contact tracing), « en rendant les résultats disponibles dans un délai inférieur à 48 heures. » Les tests sérologiques ne sont pas utiles dans ce contexte.

Le HCSP rappelle que « le taux de positivité des soignants est faible et que la transmission soignants-soignés est très faible en cas de respect des procédures de soins, notamment celles relatives aux équipements de protection individuelle (masque, surblouse, etc) et à l’hygiène des mains. » À noter qu’une étude britannique, citée par le HCSP, a montré que les personnels hospitaliers les plus susceptibles d’être contaminés sont ceux de l’entretien ménager ...

Le HCSP recommande en outre

  • Le nettoyage et la ventilation/aération des locaux.

  • La réalisation d’une enquête de contact autour d’un personnel soignant confirmé positif (par le service de médecine du travail) et par un patient positif en cours d’hospitalisation.

  • Le respect des mesures de quarantaine préventive pour les personnels paucisymptomatiques ou asymptomatiques dépistés positifs avec une éviction pendant 7 jours.

  • Le port d’un masque à usage médical aux patients suspects ou confirmés Covid-19 positifs dans leur chambre, dès l’entrée d’une personne, « sous réserve de la tolérance. »

En résumé :

  • Pas de dépistage systématique des patients et des personnels.

  • Dépistage par prélèvement nasopharyngé et RT-PCR des cas contacts

    • d’un patient positif pendant l’hospitalisation ;

    • d’un professionnel de santé confirmé positif ou lui-même cas-contact, y compris si le contact a eu lieu en dehors des soins (pause, événement extra-professionnel).

  • Quarantaine pour les personnels dépistés positifs (7 jours).

  • Respect des mesures barrières par les patients et les professionnels (distance physique, masque, lavage des mains, etc) et nettoyage/aération des locaux.