COVID-19 Les temps forts de la semaine dans le monde : résultats encourageants des vaccins, pic de la deuxième vague et restrictions de Noël....


  • Ben Gallarda
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

En raison de l'évolution rapide de la pandémie COVID-19, Univadis souhaite partager avec vous l'actualité couverte par nos équipes éditoriales. Retrouvez ci-dessous une sélection des articles.

Certains de ces articles ne sont publiés uniquement dans leur langue originale, précision entre parenthèses. Nous avons extrait pour vous quelques points clés de ces articles. Un lien vers la source originale de l’article permettra à ceux qui le souhaitent d'aller plus loin. 

Ce tour d’horizon apporte un aperçu de pratiques cliniques, recommandations, découvertes émergentes au cours de cette pandémie. De manière générale, toutes les informations concernant COVID-19 sont susceptibles de subir une actualisation avec l’avancée des connaissances. Les dates de publication des articles sont plus que jamais importantes. Certaines des informations ci-dessous peuvent également ne pas être en adéquation avec les directives des autorités sanitaires françaises. 

 

Alors que la vague COVID-19 se poursuit dans une grande partie des États-Unis, les modèles prédisent maintenant que le nombre cumulé de cas pourrait atteindre 20 millions d'ici janvier, soit près du double du total actuel de 12,4 millions. L'augmentation du nombre de cas met déjà les hôpitaux à rude épreuve, en particulier dans le centre du pays. Certains établissements déclarent avoir dû refuser des patients en raison d'une pénurie de lits et de personnel. Dans le Dakota du Nord, les infirmières se battent contre une disposition qui exigerait qu'elles continuent à travailler si elles sont testées positives mais asymptomatiques.

Face à la gravité de la situation, les progrès en matière de traitements et de vaccins sont les bienvenus. Pfizer et son partenaire allemand BioNTech ont déposé une demande auprès de la Food and Drug Administration (FDA) américaine pour une autorisation d'utilisation d'urgence de son vaccin COVID-19. Selon certains rapports, la distribution du vaccin pourrait commencer à la mi-décembre. L’agence a également octroyé une autorisation d’utilisation d’urgence pour le cocktail d’anticorps de Regeneron qu’avait reçu Donald Trump lors de sa maladie. En outre, la FDA a autorisé l'utilisation de l'inhibiteur de la kinase janus, le baricitinib, en combinaison avec le remdesivir, pour le traitement des patients COVID-19 hospitalisés qui ont besoin d'un supplément d'oxygène ou d'une ventilation.

Notons que de son côté, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a annoncé qu’elle ne recommandait pas l’utilisation du Remdesivir comme traitement de la maladie COVID-19.

Le taux de transmission a encore augmenté au Brésil. Un nouveau rapport de l'Imperial College de Londres (Royaume-Uni) publié le 24 novembre, indique que l’indice de transmission du virus a atteint 1,3. Le 16, il était de 1,1. Il est à son plus haut niveau depuis le mois de mai.

Le pays a dépassé les 170 000 décès par COVID-19 et compte 6,1 millions de cas.

Le Mexique a dépassé les 100 000 morts. Il est le quatrième pays comptabilisant les plus de décès après les États-Unis, le Brésil et l'Inde.

Au Chili et en Argentine, CanSino Biologics Inc. a débuté les tests pour son candidat vaccin et Mexico a déjà inscrit 2000 volontaires qui commenceront à recevoir le vaccin d'ici la semaine prochaine à l'Institut national des sciences de la santé et de la nutrition « Salvador Zubirán ».

La France a franchi cette semaine le cap des 50 000 décès liés au COVID-19. Lors de son discours du mardi 24 novembre, le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, a indiqué que les premières vaccinations pourraient être administrées dès la fin décembre et que l'isolement des personnes infectées pourrait conduire à des mesures coercitives. Il a par ailleurs précisé que les vaccins anti-COVID-19 seraient « non obligatoires ».

L'équipe britannique de l'université d'Oxford et AstraZeneca ont annoncé plusieurs résultats concernant leur vaccin ChAdOx1 nCov-19. Les meilleurs résultats observés (90 % d’efficacité) ont été obtenus en partie grâce à une erreur de dosage dans une population de patients jeunes ( une demi-dose suivie d'une dose complète chez les patients de 55 ans ou moins). « La raison pour laquelle nous avons testé la demi-dose est un heureux hasard », a déclaré Mene Pangalos d'AstraZeneca. C’est lors de contrôles effectués lorsque moins d'effets secondaires que prévu ont été observés dans ce sous-groupe de patients que l’administration de la demi-dose a été découverte. L’administration de deux doses complètes chez des patients en moyenne plus âgés n’a induit qu’une efficacité de 60 %.

En parallèle, un assouplissement de la quarantaine à l'échelle du Royaume-Uni a été annoncé pour 5 jours pendant la période de Noël.

Le 24 novembre, le ministre espagnol de la santé a présenté une « stratégie de vaccination COVID-19 pour l’Espagne ». Même si le nombre de nouveaux cas de COVID-19 est en baisse, l'Espagne a atteint un nouveau record de décès cette semaine. Le gouvernement et les autorités locales élaborent un « plan de Noël » avec des mesures visant à limiter la propagation du COVID-19 pendant les festivités.

Au Portugal, le nombre d'hospitalisations atteint un record et le gouvernement considère que les services de santé sont dans une situation critique. Les experts estiment que le pays devrait atteindre le pic de la deuxième vague entre le 25 et le 30 novembre.

Le pays est actuellement en état d'urgence et les soignants considérés comme « essentiels » au système de santé publique peuvent désormais voir leurs demandes de résiliation de contrat refusées tant que le pays est en crise. Le syndicat des médecins affirme que cette mesure est illégale.

En Italie, le rapport hebdomadaire du ministère de la santé (9-15 novembre) confirme un ralentissement de l'indice de transmission du SARS-CoV-2, mais une forte incidence de COVID-19 dans tout le pays, avec une pression importante sur les services de santé.

Au 22 novembre, l'Italie comptait 34 279 patients hospitalisés, dont 3 801 dans les unités de soins intensifs, et 767 867 personnes officiellement testées positives et en isolement à domicile (ministère de la santé). Toutes les régions ont dépassé le seuil de 30 % d'occupation des lits de soins intensifs, à l'exception de la Vénétie et de la Calabre. 10 régions (sur 22) ont dépassé le seuil de 50 % et la Lombardie dépasse les 90 % (Infodata Sole 24 Ore).

Alors que la deuxième vague en Allemagne a atteint un sommet (plus de 20 000 infections par jour), un assouplissement des mesures restrictives est prévu pour les fêtes de Noël et du Nouvel An.

Les dernières données allemandes concernant le taux d’infection par le SARS-CoV-1chez les enfants et les jeunes sont rassurantes. Lors des dépistages de 110 000 enfants et adolescents, seulement 0,53% de tous les tests se sont révélés positifs. Les écoles ne doivent donc pas être considérées comme des points chauds ou un facteur majeur de transmission de COVID-19, ont indiqué les chercheurs allemands.

En Belgique, la deuxième vague de COVID-19 a atteint son point culminant il y a deux semaines, et les taux d'infection, d'hospitalisation et de mortalité ont encore baissé. Jusqu'à présent, 561 803 cas de COVID-19 ont été signalés (15 938 décès et 36 569 guérisons). La Belgique recevra les premières doses du vaccin COVID-19 avant la fin de l'année. La Belgique a approuvé l'achat d'un quatrième vaccin contre les coronavirus, le CureVac. Cela porte le nombre de vaccins contre les coronavirus commandés par la Belgique à plus de 20 millions - 7,74 millions auprès d'AstraZeneca, 5,16 millions auprès de Johnson & Johnson et cinq millions auprès de Pfizer.

Après 23 jours consécutifs sans nouveau cas de COVID-19 et sans décès supplémentaire, l'État de Victoria, en Australie, a annoncé qu'il n'était plus obligatoire de porter un masque à l'extérieur, sauf lorsque la distanciation sociale n'est pas possible. Le port du masque reste obligatoire dans les lieux publics intérieurs et dans les transports publics. Le directeur général de la plus grande compagnie aérienne australienne, Qantas, a laissé entendre qu'une fois qu'un vaccin COVID-19 sera disponible, les passagers pourraient avoir besoin d'un passeport de vaccination avant de pouvoir voyager à l'étranger.

La Malaisie a signalé un nombre record de 2 188 cas quotidiens de COVID-19 le 24 novembre. Aucun nouveau cas d'infection par COVID-19 transmise localement n'a été signalé à Singapour depuis le 11 novembre ; cependant, des cas importés continuent d'être signalés quotidiennement.

Le Premier ministre indien, Narendra Modi, a demandé aux gouvernements des États de se préparer au stockage et à la distribution des vaccins COVID-19. Il a déclaré que le gouvernement indien suit de près le processus de développement du vaccin et est en contact avec les régulateurs mondiaux, les développeurs et fabricants indiens et multinationaux de vaccins, et d'autres gouvernements. Au 25 novembre, l'Inde comptait 9,2 millions de cas de COVID-19.

Un réseau de 13 pays africains s'est associé à des chercheurs internationaux pour lancer le plus grand essai clinique d’évaluation de traitements potentiels contre la maladie Covid-19 sur le continent. L'étude testera l'efficacité des traitements chez 2000 à 3000 patients légers à modérés au Burkina Faso, au Cameroun, en Côte d'Ivoire, en République démocratique du Congo, en Guinée équatoriale, en Éthiopie, au Ghana, en Guinée, au Kenya, au Mali, au Mozambique, au Soudan. , et en Ouganda, dans le but d'identifier les traitements qui peuvent empêcher la progression vers une maladie grave et limiter la transmission.

 

-Univadis, Medscape and Mediquality editorial team