COVID-19 Les points forts de la semaine dans le monde : Kits d'autotest, vaccination des athlètes et des femmes enceintes, et réglementation pour les personnes totalement vaccinées et rétablies...

  • Claudia Bravo
  • Medical News
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

En raison de l'évolution rapide de la nature de la pandémie COVID-19, Medscape souhaite partager avec vous les articles les plus marquants et les plus pertinents sur le plan clinique de la semaine dernière.

Il s'agit d'un aperçu des meilleures pratiques émergentes au cours d'une pandémie qui évolue rapidement. Toutes les informations actuellement disponibles concernant COVID-19 sont susceptibles d'être modifiées à mesure que de nouveaux détails seront disponibles. Certaines des informations ci-dessous peuvent également être contredites par les autorités sanitaires locales ou mondiales.

 

Un adulte britannique sur 4 a désormais reçu les deux doses du vaccin contre le coronavirus. Les rendez-vous sont ouverts aux personnes âgées de 42 ans et plus. Le nombre total de décès est maintenant inférieur à la moyenne sur 5 ans pour la sixième semaine consécutive, et le COVID-19 n'a représenté que 3,5 % de tous les décès en Angleterre et au Pays de Galles. Le taux de tests positifs est maintenant de 25 pour 100 000 personnes. Une polémique a éclaté à la suite d'affirmations de la presse selon lesquelles le Premier ministre Boris Johnson aurait déclaré qu'il préférait « que les corps s'empilent par milliers » plutôt que d'ordonner un troisième confinement l'année dernière. Il a démenti ces propos. Le Royaume-Uni fait partie des pays qui envoient des fournitures médicales en Inde, notamment des ventilateurs et des concentrateurs d'oxygène. Le recrutement de 4 000 volontaires pour un essai clinique de phase 3 du candidat vaccin inactivé avec adjuvant COVID-19 de Valneva a débuté cette semaine.

 

Après le sommet sur la vaccination qui s'est tenu en Allemagne lundi (26), la discussion sur l'allègement des mesures concernant les personnes ayant été entièrement vaccinées se poursuit. Aussi, la vaccination contre le Covid devrait être accesible à tous en Allemagne au plus tard en juin.

La chancelière Angela Merkel et les chefs des Länder ont discuté lundi, entre autres, de la réglementation applicable aux personnes entièrement vaccinées et aux personnes guéries, mais comme prévu, aucune décision n'a été prise. Selon le ministre fédéral de la santé, Jens Spahn, le gouvernement fédéral soumettra une proposition la semaine prochaine, et le Bundesrat pourrait alors se prononcer le 28 mai.

Selon les chiffres publiés par l'Institut Robert Koch (RKI) mardi 27 mai, 23,9 % des citoyens allemands ont maintenant reçu leur première vaccination et 7,3 % sont complètement vaccinés. Le ministre Spahn prévoit que dans le courant du mois de mai, une personne sur trois en Allemagne aura reçu une première vaccination. Selon le RKI, environ 29,9 millions de doses avaient été livrées dimanche (25). 86,6 % d'entre elles avaient été injectées lundi (26).

Entre-temps, les chiffres récents de l'Office fédéral de la statistique et de l'Institut Robert Koch montrent que le nombre de cas de décès en avril a dépassé la moyenne des années précédentes. Le nombre de décès en Allemagne au cours de la 15e semaine civile (12-18 avril) a dépassé la moyenne des années précédentes. Au total, 19 341 personnes sont décédées au cours de cette période, a indiqué mardi (27) l'Office fédéral de la statistique. éCe chiffre est supérieur de 4 %, soit 731 cas, à la moyenne de 2017 à 2020 pour cette semaine civile”, a-t-il précisé.

 

En Belgique, 29 % de la population a reçu une première injection du vaccin COVID-19. Le pays a décidé d'interdire tout voyage de passagers en provenance d'Inde, du Brésil et d'Afrique du Sud. 58 voyageurs ont été arrêtés en possession d’un faux test COVID-19 à l'aéroport de Bruxelles lundi. La situation dans les hôpitaux en Belgique s'aggrave légèrement après avoir commencé à s'améliorer la semaine dernière. La région de Bruxelles a lancé une série de campagnes de sensibilisation auprès de diverses communautés religieuses et linguistiques, où l’acceptation du vaccin est en retard par rapport à la population générale. Les équipes de vaccination mobiles de Bruxelles ont commencé les visites à domicile pour administrer le vaccin contre le coronavirus. À long terme, on espère que les équipes mobiles pourront effectuer jusqu'à 15 000 vaccinations, y compris celles des sans-papiers et des sans-abri.

 

En France, l’épidémie reste très active et l’augmentation de l’incidence du variant Sud-africain de 6 à 10 % en Ile-de-France inquiète. Mardi, une partie des 7,5 millions de doses supplémentaires du vaccin Pfizer-BioNTech prévues pour ce trimestre ont été reçues.

La barre des 20 millions d'injections (première et deuxième doses) a été dépassée. Près de 28% de la population majeure a reçu une première dose de vaccin. 11% de cette population est vaccinée avec deux doses. Le Haut Conseil de Santé Publique (HCSP) a émis des recommandations sur la conduite à tenir une fois complètement vacciné. Aussi, la HAS s’est prononcée en faveur d’une utilisation des autotests antigéniques nasaux en milieu scolaire au moins une fois par semaine. En parallèle, la grogne monte du côté des médecins libéraux qui dénoncent des déprogrammations administratives déconnectées des besoins du terrain.

 

Dimanche (25), le Portugal n'a enregistré aucun décès dû au COVID-19, selon les données de la Direction générale de la santé portugaise; une première depuis le 2 août 2020.

Mardi (26), cinq décès attribués à la maladie et 353 nouveaux cas ont été enregistrés. Le nombre d'hospitalisations en salle et en soins intensifs continue de diminuer.

Le pays discute de la fin de l'état d'urgence.

Mardi 27, la ministre de la Santé, Marta Temido, a déclaré qu'il s'agit d'une décision du président de la République. “En ce qui concerne la situation épidémiologique, elle nous est favorable en ce moment, grâce à l'effort des Portugais. Ce que nous ne devons pas oublier, c'est que, quelle que soit la fatigue accumulée, la pandémie n'a pas disparu", a-t-il dit, poursuivant : "Il faut serrer les dents et avancer. " Elle a souligné le problème des variants. Des cas du variant identifié en Inde ont déjà été enregistrés au Portugal.

Dans une déclaration, l'Institut national de la santé Dr Ricardo Jorge (INSA), a signalé que 15,5% de la population résidant au Portugal a des anticorps spécifiques contre le coronavirus, la majorité en raison de l'infection, selon les données de la deuxième phase de l'enquête sérologique nationale COVID-19 qui a porté sur les échantillons de 8463 personnes entre le 2 février et le 31 mars 2021.

Mardi (27), le personnel d'urgence pré-hospitalier a manifesté dans les rues de la capitale Lisbonne pour réclamer une formation et de meilleures conditions de travail, selon Agência Lusa. Depuis le début de la pandémie, le pays a enregistré 834 991 cas confirmés et 16 970 décès. Selon les données de la direction générale de la santé, le Portugal compte actuellement 2 962 794 personnes vaccinées, dont 796 791 ont déjà reçu deux doses de vaccin.

 

En Italie, le gouvernement confirme la lente diminution de l’incidence des nouveaux cas et du nombre de patients hospitalisés, dans un contexte général qui reste toutefois à un niveau très tendu. La baisse de l'incidence, très marquée la semaine dernière, s'est ralentie passant de 160,5 à 157,4 nouveaux cas pour 100 000 habitants. L'Italie reste donc très loin du seuil de 50 cas pour 100 000 habitants. La majeure partie du pays est désormais classée en "jaune", le niveau le plus bas de restriction de la vie sociale et économique. Une note d'optimisme émane de la campagne de vaccination, dont le rythme s'est accéléré : au cours de la dernière semaine, plus de 2 millions de doses ont été administrées, portant le total à plus de 17,5 millions de doses, avec plus de 5 millions de personnes (environ 8,6 % de la population ayant reçu les deux doses). Environ 85% des personnes âgées de plus de 80 ans ont reçu au moins une dose du vaccin, tandis que moins de 60% ont déjà obtenu les deux doses. Dans la tranche d'âge des septuagénaires, où le nombre absolu d'administrations a connu une augmentation significative ces dernières semaines, environ la moitié des citoyens n'ont pas encore reçu le vaccin et seulement 6% sont déjà protégés avec les deux doses.

 

En Espagne, la courbe de la pandémie semble s'aplanir, mais l'incidence à 14 jours reste très élevée, dépassant 200 cas pour 100 000 habitants. Le ministère de la santé a indiqué que le nombre de lits de soins intensifs occupés par des patients atteints de COVID-19 dépasse 23,12%. Le profil des patients est différent de celui des vagues précédentes : ils sont admis avec une plus grande sévérité des symptômes, plus jeunes (35-45 ans) et sans comorbidités graves antérieures.

En ce qui concerne la campagne de vaccination, l'Espagne a reçu lundi 26 dernier plus de 2 millions de doses de vaccin. Le ministre de la santé a déclaré que chaque lundi du mois de mai, l'Espagne recevra, en moyenne, 1,7 million de doses de Pfizer / BioNTech, ce qui contribuera à dynamiser la campagne de vaccination. Plus de quatre millions de personnes, soit 8,5% de la population, ont été entièrement vaccinés et 11 millions, soit 23,2% de la population, ont reçu au moins une dose.

Afin d'éviter la propagation des variants, à partir du 1er mai, les voyageurs en provenance d'Inde devront effectuer une quarantaine de 10 jours.

 

Les États-Unis sont désormais le troisième pays au monde, derrière le Royaume-Uni et Israël, en termes de pourcentage de la population ayant reçu au moins une dose de vaccin COVID-19. Et les vaccins semblent fonctionner : les cas quotidiens, les décès et les hospitalisations sont tous en baisse.  L'Amérique, qui dispose également d'une surabondance de vaccins en stock, a déclaré qu'elle partagerait 60 millions de doses du vaccin d'AstraZeneca avec le reste du monde.

Cette semaine, le CDC a publié de nouvelles directives pour les enfants participant à des camps d'été.  Les enfants peuvent se tenir à moins d'un mètre les uns des autres, mais ils doivent être masqués.  Aussi, le CDC a déclaré que les adultes entièrement vaccinés pouvaient retirer leur masque en petits groupes à l'extérieur.

Dans le même temps, la campagne de vaccination pourrait perdre de son élan. On ne sait pas à quoi pourrait ressembler la vie avec le virus si le pays n'atteint pas une immunité collective généralisée.

 

Au Brésil, le nombre de nouveaux cas et de décès reste élevé. Jusqu'à mardi (27), on comptait 392 204 décès et 14 370 456 cas confirmés d'infection par le SRAS-CoV-2. Le nombre moyen de cas quotidiens au cours des sept derniers jours est de 2 451. L'analyse effectuée par le consortium médiatique créé pour surveiller la pandémie (après les défaillances des données officielles) montre qu'aucun État ne présente une tendance à la hausse du nombre de décès et de cas. Ce serait la première fois depuis que le pays a enregistré le premier cas, en février 2020. Malgré cela, le mois d'avril peut déjà être considéré comme le mois le plus meurtrier de la pandémie pour les Brésiliens de sept États.

Lundi 26, des chercheurs de l'Institut Butantan ont annoncé l'identification de variants sud-africain (B.1.351) et suisse (B.1.318) dans le pays et une mutation du variant amazonien (N9). Cette découverte a été faite grâce à un séquençage génomique. On ne sait pas encore si les variants trouvés sont plus agressifs ou transmissibles.

Le même jour, l'Agence nationale de surveillance sanitaire a refusé à l'unanimité l'autorisation exceptionnelle d'importer le vaccin Spoutnik V. L'agence n'ayant pas reçu les documents demandés pour prouver l'innocuité et l'efficacité du vaccin et soulignant de graves défauts dans le processus de fabrication.

En raison du manque de vaccins, les reports de la deuxième dose du vaccin CoronaVac se multiplient. Une difficulté reconnue par le ministère de la Santé qui a demandé à la population d’accepter le vaccin même après la date d'expiration. La commission d'enquête parlementaire qui étudie les actions de lutte contre la pandémie a révélé que le président brésilien a ignoré 11 offres officielles de fourniture de vaccins contre le COVID-19. En date du lundi 26, 13,96% de la population brésilienne (29 554 723 personnes) avaient reçu la première dose d'un vaccin et 6,2%, soit 13 127 599 personnes, avaient été complètement vaccinées.

 

À Cuba, les cas de COVID-19 ont augmenté au cours du mois d'avril et la présence de la souche B.1.351 a été confirmée. Le gouvernement cubain a envoyé 1 000 professionnels de santé au Mexique et a confirmé que l’essai clinique de phase 3 sur le vaccin cubain contre le COVID-19, Abdala, se terminera dans les prochaines semaines.

 

Le gouvernement mexicain va commencer à vacciner la population âgée de 50 à 59 ans. Jusqu'à présent, la champagne de vaccination a inclus la population âgée de plus de 60 ans, les enseignants et les professionnels de la santé des institutions publiques. Le ministre des affaires étrangères, Marcelo Ebrard, a annoncé que le Mexique produira le vaccin Spoutnik V localement.

 

Avec plus de 60 000 décès, l'Argentine vit son pire moment de la pandémie, selon les déclarations de la ministre de la Santé du pays, Carla Vizzotti. Le gouvernement argentin a repris les négociations avec Pfizer pour l'achat du vaccin. Le premier lot local de vaccin Spoutnik V a été produit.

 

Le Chili a annoncé qu'il commencerait à vacciner les femmes au premier ou deuxième trimestre de leur grossesse.

 

La flambée des infections au COVID-19 en Inde se poursuit avec 360 960 cas quotidiens signalés mercredi. Avec 3 293 décès quotidiens, le nombre total de décès dus au COVID-19 a franchi la barre des 200 000. Les hôpitaux de New Delhi et de nombreux autres États gravement touchés par la deuxième vague sont confrontés à une grave pénurie de lits d'hôpitaux, de ventilateurs et d’oxygène, tandis que les crématoriums procèdent à des crémations 24 heures sur 24. Le bureau du Premier ministre a annoncé qu'un total de 551 usines de production d'oxygène seront installées au plus tôt dans les établissements de santé du pays afin de renforcer la disponibilité de l'oxygène. De nombreux alliés proches de l'Inde, dont les Émirats arabes unis, l'Arabie saoudite, le Canada, le Royaume-Uni, les États-Unis, l'Allemagne, la France, la Russie, Singapour et la Corée du Sud, ont offert une aide médicale à l'Inde. D'autre part, plusieurs pays ont mis un terme à presque tous les voyages en provenance de l'Inde.

 

À la suite de l'augmentation des infections au COVID-19 dans le pays, la Corée du Sud a décidé d'accorder pour la première fois au public l'accès à deux kits d'autodiagnostic du COVID-19. Ces kits peuvent fournir des résultats en 15 minutes environ, avec une précision de 90 %.

 

Le gouvernement australien a annoncé que les athlètes et le personnel d'encadrement des Jeux olympiques de Tokyo seront vaccinés en priorité contre le COVID-19, en plus des professionnels de la santé, des personnes âgées de plus de 70 ans et des populations autochtones de plus de 55 ans. Le Comité olympique australien a assuré que la vaccination des athlètes ne représentera pas une charge pour le système de santé publique.

 

- Les équipes de rédaction de Univadis, Medscape, Coliquio et Mediquality