COVID-19 : les patients atteints d’une maladie sévère/grave sont susceptibles de rester infectieux au-delà de 10 jours

  • Walsh KA & al
  • J Infect
  • 10 oct. 2020

  • Par Liz Scherer
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À titre d’exception durant cette période de crise sanitaire, certaines des publications mentionnées sont, au moment de la rédaction, encore en phase de prépublication. Elles font actuellement l’objet d’une revue par des pairs et peuvent être soumises à des modifications. Les résultats de cette étude en prépublication doivent être interprétés avec la plus grande prudence.

À retenir

  • Les patients atteints d’une forme sévère/grave de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) et les patients immunodéprimés peuvent continuer à excréter le virus plus de 10 jours après l’apparition des symptômes (AAS).
  • Les données actuelles suggèrent que les patients atteints d’une forme légère à modérée du COVID-19 sont peu susceptibles d’être infectieux plus de 10 jours AAS.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’isolement/la mise en quarantaine pendant plus de 10 jours AAS pourrait être justifiée pour les patients atteints d’une forme plus sévère du COVID-19 et/ou en état d’immunodépression.

Principaux résultats

  • 15 études (13 études de cultures virales du coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère [SARS-CoV-2], 2 études de recherche des contacts).
  • Études de cultures virales : 5 (223 échantillons provenant de 493 patients ont été mis en culture plus de 10 jours AAS).
  • En supposant un taux de positivité de 44 %, environ 3 % (6) des patients atteints d’une maladie sévère/grave avaient des échantillons présentant le SARS-CoV-2 réplicatif plus de 10 jours AAS.
  • Parmi les patients atteints d’une maladie légère à modérée, la probabilité de positivité au SARS-CoV-2 était inférieure à 6,0 % (IC à 95 % : 0,9–31,2 %) au jour 10 AAS (1 étude, 253 patients).
  • Deux des études incluses étaient des études de recherche des contacts :
    • 100 cas, 2 761 contacts : le taux d’attaque (n = 22 cas) était plus élevé parmi 1 818 contacts ayant été exposés moins de 5 jours AAS (1,0 % ; IC à 95 % : 0,6–1,6 %), par rapport à une exposition plus tardive (n = 0 ; IC à 95 % : 0–0,4 %).
    • 269 cas, 472 contacts : cas secondaires probables et cas confirmés par laboratoire combinés (n = 41) ayant été exposés en moyenne 2,37 jours AAS (écart-type : 3,36) et en médiane 1 jour AAS (intervalle interquartile : 0–4).

Méthodologie

  • Une revue rapide, résumant les données probantes actuelles sur la durée de l’infectiosité chez les patients dont le SARS-CoV-2 est détectable, a été réalisée.
  • Financement : Conseil de recherche dans le domaine de la santé de l’Irlande (Health Research Board).

Limites

  • Peu de participants pédiatriques.
  • Études dont la conception est de faible qualité.
  • Inconsistances dans le compte rendu des données.