COVID-19 Les faits marquants de la semaine dans le monde : baisse des cas, augmentation des variants, succès mitigé du déploiement de la vaccination...


  • Ben Gallarda
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

En raison de l'évolution rapide de la nature de la pandémie COVID-19, Medscape souhaite partager avec vous les articles les plus marquants et les plus pertinents sur le plan clinique de la semaine dernière.

Il s'agit d'un aperçu des meilleures pratiques émergentes au cours d'une pandémie qui évolue rapidement. Toutes les informations actuellement disponibles concernant COVID-19 sont susceptibles d'être modifiées à mesure que de nouveaux détails seront disponibles. Certaines des informations ci-dessous peuvent également être contredites par les autorités sanitaires locales ou mondiales.

 

Le Japon a lancé sa campagne de vaccination COVID-19 le 17 février. Les employés de l'hôpital du Centre médical de Tokyo ont été parmi les premiers à être vaccinés avec le vaccin Pfizer-BioNTech. Le pays prévoit d'obtenir suffisamment de vaccins pour sa population de 126 millions d'habitants d'ici le milieu de l'année 2021.

Hong Kong devrait assouplir certaines mesures de distanciation sociale à partir du 18 février, pour la première fois depuis qu'elle a été frappée par la quatrième vague d'infections COVID-19 il y a trois mois. La secrétaire d'État à l'alimentation et à la santé, Sophia Chan, a annoncé que certains des locaux précédemment fermés seront autorisés à rouvrir et que les services de restauration seront étendus jusqu'à 22 heures.

La Nouvelle-Zélande a levé le bref embargo sur COVID-19 qui avait été mis en place à Auckland le 15 février dernier après que le variant britannique du CoV-2 du SARS ait été détecté dans une famille de trois personnes.

L'Australie a approuvé le vaccin COVID-19 d'Oxford-AstraZeneca, ce qui en fait le deuxième vaccin dont l'utilisation est autorisée dans le pays après le vaccin Pfizer-BioNTech. La campagne de vaccination en Australie devrait commencer le 22 février.

L'objectif du Royaume-Uni d'offrir les premières doses de vaccin COVID-19 aux 15 millions de personnes des quatre groupes prioritaires, y compris les professionnels de santé, a été atteint avant l'échéance du lundi 15 février.

Un nouvel algorithme de risque appelé QCovid a été utilisé pour ajouter 1,7 million de personnes à la liste de vaccination de l'Angleterre. Cet outil prend en compte les facteurs de risque sanitaires et les facteurs personnels, tels que l'âge, l'origine ethnique et l'IMC, ainsi que certaines conditions médicales et certains traitements.

L'université d'Oxford a lancé une étude sur le vaccin COVID-19 chez les enfants âgés de 6 à 17 ans, et le Royaume-Uni est devenu le premier pays au monde à donner son approbation éthique aux « COVID-19 human challenge trial ». Ces essais qui visent à exposer intentionnellement des individus à un agent infectieux. Les « cobayes » à qui l'on injecte le virus développent ensuite des anticorps susceptibles d'intervenir dans la fabrication d'un vaccin ou d'un traitement…

En Belgique, seuls 3 % de la population ont reçu au moins une dose de vaccin COVID-19. Les premiers cas du variant Brésil/P.1 ont été détectés. Le plus grand centre de vaccination du pays a fermé 24 heures après son ouverture, en raison d'un bug technique.

En France, près de 3 330 000 vaccinations ont été effectuées à la date de mercredi. Dans le cadre de la surveillance renforcée des vaccins COVID-19 qui a débuté le 11 février, l'ANSM a signalé des cas de syndromes grippaux graves après la première injection du vaccin AstraZeneca et des cas d'hypertension avec le vaccin Pfizer/BioNTech.

Concernant la vaccination des personnes ayant déjà eu le COVID-19, la Haute Autorité de Santé (HAS) recommande désormais d'attendre au moins 3 mois (de préférence 6 mois) avant de les vacciner contre le SARS-CoV-2 et précise qu'une seule dose de vaccin est suffisante sauf en cas d'immunosuppression avérée. La HAS a également publié 10 fiches pratiques sur la prise en charge des patients atteints de différentes formes de COVID-19 long.

Mercredi, le ministre espagnol de la santé a défini de nouveaux groupes de vaccination par ordre de priorité : les personnes de plus de 80 ans, les personnes de 70 à 79 ans et les personnes de 60 à 69 ans. Ces groupes recevront le vaccin Pfizer/BioNTech ou Moderna. La Catalogne a signalé deux cas du variant Brésil/P.1, qui s'ajoutent aux trois cas enregistrés à Madrid. L'incidence des nouveaux cas de COVID-19 est en baisse, tout comme le nombre de décès.

Au Brésil, le carnaval n’a pas eu lieu. Une enquête réalisée mardi dernier a révélé que 5 505 049 Brésiliens ont reçu une première dose de vaccin (2,6 % de la population) et 308 791 une seconde dose.

En raison du manque de doses, la vaccination a été suspendue dans les grandes villes telles que Rio de Janeiro et Salvador (la capitale de Bahia). Selon les prévisions du ministère de la santé, d'autres lots de vaccins devraient être distribués la semaine prochaine. Le nouveau variant P.1, initialement identifié en Amazonas, s'est répandu dans tout le pays. Les experts estiment que le variant P.1 et le variant UK/B.1.1.7 se sont déjà largement répandus, mais ne sont identifiés que sur les sites qui font l'objet de tests. A la date de mercredi, le pays avait enregistré 9 921 339 cas et 241 000 décès.

Au Portugal, plus de 140 médecins qui se sont portés volontaires pour aider le Service national de santé (SNS) ont dénoncé dans une lettre ouverte aux autorités le fait que leurs candidatures ont été ignorées par le gouvernement pendant plusieurs mois. Le manque de professionnels de la santé est l'un des plus grands obstacles à la lutte contre la pandémie au Portugal et a obligé le pays à recourir à l'aide internationale.

Malgré le mois de janvier difficile, le confinement imposé depuis le 22 janvier a commencé à porter ses fruits. La moyenne hebdomadaire des infections a diminué de plus de 50 % par rapport à la fin du mois de janvier. Le Premier ministre António Costa a déclaré que même avec la diminution du nombre de nouveaux cas, le confinement devrait se poursuivre jusqu'en mars. A la date de mercredi, le Portugal a enregistré 788 561 cas et 15 522 décès. Plus de 556.331 personnes ont été vaccinées.

L'Italie montre des signes inquiétants d'une possible reprise de la pandémie, avec un Rt d'environ 0,95 (0,86-1,06). Le nouveau gouvernement, présidé par l'ancien président de la Banque centrale européenne Mario Draghi, prévoit de mettre en place de nouvelles règles pour réduire la mobilité de la population, y compris un éventuel confinement pendant les week-ends. L'Institut national de la santé a mené une enquête les 3 et 4 février sur 853 échantillons, provenant de 16 régions, et a estimé à 17,8 % la prévalence du variant UK/B.1.1.7 au niveau national, ce qui correspond à ce qui a été constaté dans d'autres pays européens. Les experts ont récemment observé un nombre élevé d'infections par ce variant chez les enfants. Deux régions de Lombardie, où il y avait des clusters de contagion, ont été déclarées zones rouges et fermées. L'Italie est toujours confrontée à une pénurie de vaccins à ARNm. Mercredi, l'AIFA a prolongé l'approbation d'urgence du vaccin AstraZeneca pour les personnes âgées de 65 ans au maximum.

Le nombre moyen de nouveaux cas quotidiens de coronavirus aux États-Unis est tombé sous la barre des 100 000 pour la première fois depuis des mois. Avec 55 000 nouveaux cas signalés lundi, les chiffres sont bien inférieurs au pic de 300 000 par jour atteint début janvier. Les taux de vaccination augmentent, le gouvernement fédéral promettant désormais d'envoyer 13,5 millions de doses par semaine aux États et de doubler le nombre de doses livrées aux chaînes de pharmacies. Mardi, 71,6 millions de doses de vaccins avaient été livrées et 55,2 millions de doses avaient été administrées, a indiqué le CDC. Environ 39 millions de personnes ont reçu une injection des deux doses de vaccins Pfizer/BioNTech ou Moderna et environ 15 millions ont reçu les deux doses.

Après l'arrivée de 870 000 doses de vaccin AstraZeneca du Serum Institute of India au Mexique, la vaccination des personnes âgées a commencé le 15 février ; et l'arrivée de plus de 490 000 doses de vaccin Pfizer/BioNTech garantira l’administration de la deuxième et de la première dose pour les professionnels de la santé.

Les efforts de vaccination se poursuivent au Pérou ; mardi, 116 580 personnes avaient été vaccinées, soit 82,47 % de l'objectif de 141 367 personnes à vacciner dans cette première phase. Cependant, un scandale a éclaté à propos de l’administration de vaccins parmi les fonctionnaires et les collaborateurs du gouvernement, et une enquête a débuté. Certains fonctionnaires ont dû démissionner.

En Colombie, mercredi, l'administration des vaccins a commencé avec le personnel de santé de première ligne après l'arrivée de 50 000 doses du vaccin Pfizer/BioNTech dans le pays.

 

- Les équipes de rédaction de Univadis, Medscape et Mediquality

Découvrez notre nouvel outil de suivi des vaccins ici.