COVID-19 : le SARS-CoV-2 est-il le coupable direct dans le cadre des arrêts cardiaques et des arythmies ?

  • Bhatla A & al.
  • Heart Rhythm
  • 20 juin 2020

  • Par Emily Willingham, PhD
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans cette analyse des arrêts cardiaques et des arythmies chez des patients hospitalisés atteints de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19), il semble que les maladies systémiques, et non les infections directes, soient responsables de la charge des cardiopathies.

Pourquoi est-ce important ?

  • À mesure que des effets cardiaques sont apparus dans le cadre du COVID-19, il n’était pas clairement établi si la responsabilité directe revenait au coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2) ou à l’inflammation systémique.
  • Ces auteurs estiment que les taux d’événements plus élevés constatés avec la forme plus sévère de la maladie constituent un argument contre un effet cardiaque direct du virus.

Principaux résultats

  • 71 % des 700 patients étaient d’origine ethnique noire ; 45 % étaient des hommes ; 6 % avaient des antécédents d’arythmie complète par fibrillation atriale (ACFA).
  • 11 % des patients ont été admis en unité de soins intensifs (USI). Ils présentaient davantage de cas de maladie cardiovasculaire, rénale, pulmonaire et hépatique, de diabète et avaient de moins bons résultats concernant les biomarqueurs cardiaques et inflammatoires.
    • Les patients en USI étaient également plus susceptibles de recevoir de l’hydroxychloroquine ou du remdésivir.
  • Les événements suivants ont été signalés : 9 arrêts cardiaques, 25 événements d’ACFA, 9 bradyarythmies significatives et 10 tachycardies ventriculaires non durables (TVND).
  • Globalement, 4 % des patients sont décédés durant une période de 74 jours : 23 % de ceux qui se trouvaient en USI, contre 2 % de ceux qui ne se trouvaient pas en USI (P 
  • Tous les arrêts cardiaques se sont produits en USI. Il s’agit des seuls événements à avoir été associés à la mortalité hospitalière aiguë :
    • Rapport de cotes corrigé [RCc] de 34,99 (IC à 95 % : 3,49–350,69).
  • L’ACFA était plus susceptible de se produire chez les patients en USI : RCc de 4,68 (IC à 95 % : 1,66–13,18).
  • La TVND était également plus susceptible de se produire chez les patients en USI : RCc de 8,92 (IC à 95 % : 1,73–46,06).

Protocole de l’étude

  • Les données revues portaient sur des patients admis dans un hôpital aux États-Unis pour cause de COVID-19.
  • Financement : Fonds familial Winkelman dans le domaine de l’innovation cardiovasculaire (Winkelman Family Fund in Cardiovascular Innovation).

Limites

  • L’analyse n’a porté que sur un seul hôpital en milieu urbain.