COVID-19 : le plasma de convalescence semble très prometteur dans une étude pilote ; 8 essais ont été enregistrés

  • Duan K & et al
  • Proceedings of the National Academy of Sciences
  • 6 avr. 2020

  • Par Liz Scherer
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans une étude pilote de petite envergure, une seule transfusion de 200 ml de plasma de convalescence (PC) a permis d’améliorer en toute sécurité les anticorps neutralisants, chez quelques patients atteints de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) sévèrement malades. 
  • Tous les patients ont présenté une amélioration clinique.
  • Les résultats observés dans une série de cas non apparentés renforcent également la sécurité d’emploi et les bénéfices de la procédure.

Pourquoi est-ce important ?

  • Huit essais cliniques récemment enregistrés en Chine, en Colombie, aux États-Unis, en Iran et en Israël étudieront la sécurité d’emploi et l’efficacité du PC.
  • Deux de ces essais ont d’ores et déjà commencé à recruter des patients.

Principaux résultats

  • L’étude pilote a inclus 10 patients ; l’âge médian des patients était de 52,5 ans (intervalle interquartile : 45,0–59,5).
  • Le délai médian entre l’apparition des symptômes et l’hospitalisation était de six jours (2,5–8,5). 
  • Le délai médian jusqu’à la transfusion de PC était de 16,5 jours (11,0–19,3).
  • 100 % (10/10) des patients ont présenté une amélioration ou une résolution de leurs symptômes (fièvre, toux, difficulté respiratoire, douleur thoracique) 1 à 3 jours après la transfusion.
  • Le degré d’absorption des lésions pulmonaires était variable.
  • Sur 10 patients, 7 ont présenté une amélioration de la numération de lymphocytes : médianes, 0,65×109/l avant, contre 0,76×109/l après la transfusion.
  • Un déclin global des marqueurs inflammatoires et/ou de dysfonctionnement hépatique a été observé.
  • Une augmentation de la saturation en oxygène a été constatée : médiane, 93,00 % avant la transfusion, contre 96,00 % après la transfusion.
  • Cinq patients ont présenté une augmentation des titres d’anticorps après la transfusion.
  • L’acide ribonucléique (ARN) du coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2) était indétectable chez trois patients au jour 2 après la transfusion, chez trois autres patients au jour 3 et chez un autre patient au jour 6 ; les trois patients restants étaient négatifs avant la transfusion.
  • Le statut des patients dans cette étude pilote a été comparé à un groupe témoin historique (P 
    • Sortie d’hôpital : 3, contre 0.
    • Nette amélioration : 7, contre 1. 
    • Décès : 0, contre 3.
    • Stabilisation : 10, contre 6.
  • Aucun événement indésirable grave ou événement de sécurité d’emploi n’a été constaté.

Protocole de l’étude

  • Il s’agit d’une étude pilote explorant la faisabilité d’une transfusion de 200 ml de PC chez 10 patients atteints du COVID-19 sévèrement malades en Chine.
  • Financement : ministère de la Science et de la Technologie (Chine).

Limites

  • Les facteurs de confusion n’ont pas été explorés.
  • La concentration optimale en anticorps ainsi que le calendrier de traitement ne sont pas clairs.