COVID-19 : le paracétamol rationné !


  • Fanny Le Brun
  • Actualités des médicaments
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Suite à une décision de l’ANSM, la vente de paracétamol est désormais rationnée :

  • Sans ordonnance : les pharmaciens ne peuvent plus délivrer qu’une seule boîte de paracétamol (500 mg ou 1g) par patient en l’absence de symptômes ou 2 boîtes en cas de symptômes (douleurs et/ou fièvre). 
  • Avec ordonnance : la quantité prescrite par le médecin peut être délivrée.
  • Suspension de la vente sur Internet des médicaments à base de paracétamol, d’ibuprofène et d’aspirine.

Toute dispensation de paracétamol, avec ou sans ordonnance, doit être inscrite dans le dossier pharmaceutique du patient.

Pourquoi ce rationnement ?

Face à l’épidémie de COVID-19, le paracétamol est le seul traitement recommandé en cas de fièvre ou de douleur. En effet, les anti-inflammatoires (AINS et corticoïdes) sont à éviter car ils peuvent  masquer une infection et potentiellement avoir un effet aggravant dans certaines situations (NB : un patient actuellement traité par anti-inflammatoires ou corticoïdes pour une autre pathologie ne doit pas arrêter son traitement et peut contacter son médecin si nécessaire). 

Par crainte d’une pénurie, les Français se sont rués dans les pharmacies pour se constituer des stocks de paracétamol, ce qui a plusieurs conséquences néfastes :

  • Cette très forte demande inhabituelle sur une très courte période pourrait entraîner une pénurie provisoire : les patients en ayant réellement besoin pourraient avoir des difficultés à en trouver alors que certains auraient des stocks inutiles chez eux !
  • Disposer de quantités importantes de paracétamol à domicile pourrait être à l’origine d’une mauvaise utilisation voire d’un surdosage.

Il est important de rappeler qu’en cas de surdosage, le paracétamol peut entraîner des lésions graves du foie pouvant être irréversibles. C’est la 1ère cause de greffe hépatique d’origine médicamenteuse en France.

Penser à rappeler les règles de bon usage

Les règles de bon usage du paracétamol doivent être rappelées au patient lors de la dispensation :

  • Prendre la dose la plus faible, le moins longtemps possible.
  • Respecter la dose maximale par prise, la dose maximale quotidienne, l’intervalle minimum entre les prises et la durée maximale de traitement recommandée (3 jours en cas de fièvre, 5 jours en cas de douleur, en l’absence d’ordonnance).
  • Vérifier la présence de paracétamol dans les autres médicaments pris pour douleurs, fièvre, allergies, symptômes du rhume ou état grippal.
  • Alerter les populations particulières (poids