COVID-19 : le nombre de céphalées liées aux EPI augmente chez les agents de santé

  • Jy Ong J & al.
  • Headache
  • 30 mars 2020

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • De nouvelles céphalées liées au port d’équipements de protection individuelle (EPI), tels que des masques N95 ou des lunettes de protection, ont été rapportées chez 81,0 % des agents de santé durant la flambée de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) actuelle.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des études antérieures ont révélé que les céphalées liées aux EPI étaient un facteur significatif de l’observance sous-optimale au port des masques N95.

Protocole de l’étude

  • À Singapour, 158 agents de santé ont rempli un questionnaire auto-administré entre le 26 février et le 8 mars 2020.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • 86,7 % des agents de santé ont rapporté une augmentation significative de la fréquence d’utilisation des EPI depuis la flambée du COVID-19.
  • 81,0 % ont signalé de nouvelles céphalées liées aux EPI.
  • 82,8 % des agents de santé présentant des céphalées liées aux EPI ont rapporté une légère diminution de leurs performances au travail.
  • L’apparition de céphalées liées aux EPI a été associée à une durée d’utilisation supérieure à 4 heures d’un masque N95 (rapport de cotes [RC] : 1,59 ; P 
  • À l’analyse multivariée, les nouvelles céphalées liées aux EPI étaient plus susceptibles de survenir chez ceux ayant un diagnostic préexistant de céphalées (RC corrigé [RCc] : 4,20 ; P = 0,030) ou chez ceux utilisant à la fois un masque N95 et des lunettes de protection pendant plus de 4 heures par jour (RCc : 3,91 ; P = 0,012).

Limites

  • Étude monocentrique à Singapour.