COVID-19 : le dispositif de contact tracing face à la deuxième vague


  • Serge Cannasse
  • Actualités socio-professionnelles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’Assurance maladie ne s’en cache pas : la forte recrudescence du nombre de patients diagnostiqués COVID-19 positifs altère son dispositif de traçage des cas contact. Ainsi, dans la dernière semaine d’octobre, ses agents n’ont réussi à contacter que 85% des patients positifs, contre 92% la semaine précédente, et 70% des cas contacts contre 87%.

Elle a donc décidé d’adapter une nouvelle fois son dispositif. Jusqu’au 3 novembre, elle adressait des courriels aux personnes contact de 18 ans ou plus via leur compte ameli pour celles qui en possédaient un. Les personnes n’ayant pas consulté leur messagerie étaient contactées par téléphone dans les 24 heures. Désormais, les courriels sont remplacés par des SMS émis par le numéro 38663 renvoyant vers un site internet grâce à un lien cliquable. Les cas contacts y trouveront l’ensemble des informations utiles sur les mesures sanitaires à respecter et sur leurs droits (arrêt de travail, délivrance gratuite de masques, etc).

De plus, tous les patients dépistés positifs reçoivent désormais un SMS avant tout message téléphonique afin qu’ils puissent préparer leur entretien. Ce SMS comprend un lien cliquable renvoyant vers un site qui leur permet de préparer la liste de leurs cas contact à risque et leurs coordonnées, pour que les enquêteurs de l’Assurance maladie puissent les joindre.

En sus des tests RT-PCR, les tests antigéniques sont à présent intégrés au dispositif. Pris en charge à 100% par l’assurance maladie obligatoire, sans avance de frais ni prescription médicale, ils peuvent être réalisés par les médecins, les pharmaciens et les infirmiers. L’Assurance maladie rappelle qu’ils ne sont pas destinés aux cas contacts, qui doivent faire réaliser un test RT-PCR selon les délais indiqués (immédiatement en cas de symptômes ou dès le 7ème jour en l’absence de symptômes). Il est prévu qu’à l’instar des médecins, les pharmaciens et infirmiers puissent effectuer eux-mêmes le repérage des cas contacts.