COVID-19 : la révision des recommandations techniques de l’OMS se concentre sur l’infection respiratoire aiguë sévère

  • World Health Organization
  • World Health Organization
  • 14 mars 2020

  • Par Liz Scherer
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une mise à jour des recommandations techniques de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) se concentre sur la prise en charge de l’infection respiratoire aiguë sévère (IRAS) chez les patients présentant une suspicion de COVID-19.

Pourquoi est-ce important ?

  • Tous les cliniciens doivent consulter les recommandations techniques.

Points clés

  • Détecter et isoler tous les patients présentant une suspicion de COVID-19 dès le premier point de contact avec le système de soins de santé. 
  • Initier les mesures de contrôle et de prévention des infections (CPI) dès l’arrivée à l’hôpital/l’établissement : le port d’un masque/l’isolation des cas suspectés, le maintien d’une distance de plus d’un mètre entre les patients.
  • Effectuer une évaluation des risques sur le lieu de soins lors de chaque contact des patients, afin de déterminer la nécessité de prendre des précautions supplémentaires (p. ex., des gouttelettes, un contact physique, les voies aériennes).
  • Respecter les recommandations relatives au recueil, au traitement, à l’analyse biologique et aux procédures de biosécurité des échantillons ; il doit être envisagé de prioriser les dépistages des femmes enceintes symptomatiques afin de permettre l’administration de soins spécialisés.
  • Traiter les femmes enceintes et récemment enceintes présentant une infection à COVID-19 suspectée ou confirmée avec des traitements de soutien et de prise en charge, en prenant en compte les adaptations immunologiques et physiologiques pendant/après la grossesse. 
  • Les données concernant les enfants demeurent rares, et relativement peu de cas ont été signalés chez les nourrissons ; ces deux populations semblent présenter des symptômes moins sévères, voire légers.
  • La présence d’infections par des pathogènes autres que COVID-19 n’exclut pas la possibilité d’une infection à COVID-19.
  • Cas graves (une IRAS, une détresse respiratoire, une hypoxémie, un choc) : prise en charge immédiate des voies aériennes, oxygénothérapie (SpO 2 cible : supérieure à 94 %).
  • Initier des interventions de soins de soutien chez les patients présentant une détérioration clinique.
  • Adapter le traitement aux comorbidités.
  • Éviter une prise en charge agressive des fluides chez les patients présentant une IRAS et des signes de choc. 
  • Consulter les recommandations pour toute mesure supplémentaire.