COVID-19 : la physique des particules pour prévoir une seconde vague


  • Serge Cannasse
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Trois scientifiques (France, Italie, Danemark) se sont inspirés d’une technique utilisée en physique des particules et en physique de la matière condensée (appelée « groupe de renormalisation ») pour bâtir un modèle prédictif d’une deuxième, voire troisième vague de COVID-19 en Europe. Leur travail a été publié dans Nature Scientific Report

Les données utilisées sont celles constatées pendant la première vague. Les chercheurs supposent que l’immunité de groupe actuelle est faible, voire nulle. Leurs paramètres sont les mesures de distanciation physique (selon leur application par la population), l’existence de clusters locaux et le contrôle aux frontières de chaque pays. La modélisation s’appuie sur une formule mathématique « simple » (pour des mathématiciens…) et « utilisable par tout un chacun sur un ordinateur portable. » Ils en proposent une traduction sous forme de carnet imprimé et de vidéo à l’usage des autorités publiques, dirigeants d’entreprises et citoyens. Leur méthode a commencé à être testée (avec succès) depuis le 5 août 2020.

Selon ces chercheurs, ce sont les trois paramètres qu’ils ont choisi qui sont déterminants pour l’avenir de l’épidémie. Si les « comportements humains » ne sont pas adéquats à la situation, ils prédisent une seconde vague dans l’ensemble des pays européens survenant entre juillet 2020 et janvier 2021, avec des dates et une ampleur variant selon les pays.