COVID-19 : l’organisation du cabinet


  • Serge Cannasse
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le Réseau Répias (Réseau de Prévention des Infections Associées aux Soins) et le Collège de la médecine générale ont publié des fiches de conseils pour l’organisation du cabinet en période d’épidémie à COVID-19. Le but est bien évidemment de « limiter le croisement ou le regroupement des patients malades COVID-19 et non malades COVID-19 », ainsi que de protéger la santé des professionnels.

Accueil

  • Patients avec fièvre +/- toux ou infection respiratoire haute :

    • Privilégier les rendez-vous par télémédecine

    • En présentiel sur rendez-vous ou plage horaire dédiée ; limiter le nombre d’accompagnants si possible à une personne

    • Fournir un masque chirurgical au patient

  • Suivi de pathologie chronique stable : Proposer une téléconsultation et/ou le renouvellement de leur traitement par leur pharmacien (possible sans nouvelle ordonnance jusqu’au 31 mai)

Salle d’attente

  • Prévoir un lieu dédié pour les patients avec fièvre et/ou signes respiratoires. Si cela est impossible, maintenir une distance d’un mètre entre chaque patient

  • Supprimer le mobilier non décontaminable, les journaux, livres, jouets, etc

  • Aérer (par exemple, dix minutes deux fois par jour) et nettoyer régulièrement dans la mesure du possible l’ensemble des locaux

  • Désinfecter les surfaces 2 à 3 fois par jour :

    • Employer un détergent-désinfectant virucide (norme NF 14776) pour les surfaces hautes

    • Les éviers, lavabos et cuvettes des WC pourront être désinfectés avec le même détergent désinfectant ou à l’eau de javel diluée

    • Faire particulièrement attention aux surfaces en contact direct avec les patients (poignées de porte, meubles, chasse d’eau, etc)

    • Privilégier l’usage de gants à usage unique

  • Mettre à disposition

    • Signalétique informative sur les gestes utiles pour limiter la contagion.

    • Distributeur de mouchoirs à usage unique

    • Poubelles (si couvercle, avec commande à pied)

    • Distributeur de solution Hydro-alcoolique

    • Masques chirurgicaux pour les patients qui toussent

    • Savon liquide et serviettes à usage unique au point d’eau des sanitaires

Personnel d’accueil

Pour tout patient avec toux +/- fièvre :


  • Si pas de protection par vitre ou plexiglass : respect d’une distance >1m


  • Lavage des mains avec du savon et de l’eau ou un soluté hydro-alcoolique après chaque patient symptomatique et ayant nécessité la manipulation d’objets appartenant au patient (carte vitale, moyen de paiement, documents, etc)

  • Donner comme consigne aux patients se présentant en consultation avec des signes respiratoires de se laver les mains (savon ou soluté hydro-alcoolique) et de rester dans la zone d’attente dédiée.

Protection des soignants

  • Port d’un masque chirurgical pendant ses plages de consultation dédiées COVID-19

  • Nettoyage des mains entre chaque patient symptomatique

  • Désinfection après chaque patient symptomatique du stéthoscope, du saturomètre et des autres instruments utilisés pendant la consultation

  • Il n’est pas préconisé de réaliser un examen ORL avec abaisse langue en l’absence de symptômes évocateurs d’une atteinte pharyngée

  • Nettoyage 2 à 3 fois par jour des surfaces de travail (y compris bureau), poignées de porte, téléphone, claviers et imprimantes.

Désinfecter les surfaces et se laver les mains : quelles preuves scientifiques ?
Une revue de littérature parue dans le Journal of Hospital Infection et un travail récent paru dans le NEJM (New England Journal of Medicine) font le point sur l’intérêt de désinfecter les surfaces contaminées et de se laver les mains pour lutter contre la propagation du SARS-CoV-2, responsable de la pandémie actuelle.
Le virus peut persister longtemps sur la plupart des surfaces, jusqu’à trois jours dans l’étude du NEJM, neuf jours dans la revue de littérature. Il se maintient surtout sur les plastiques et l’acier inoxydable, moins longtemps sur le cuivre et le carton.
On ne dispose d’aucune donnée sur la contamination au SARS-CoV-2 des mains par le toucher des surfaces. En revanche, une étude avait montré qu’un contact de 5 secondes pouvait transférer un tiers de la charge virale en virus Influenza A présente sur la zone touchée.
Les virus présents sur les mains peuvent être transférés sur le visage très facilement. Une étude avait montré chez des étudiants américains qu’en moyenne ils se touchaient 23 fois le visage par heure.
Une application d’hypochlorite de sodium concentré à 0,1% est efficace en une minute pour éliminer le SARS-CoV-2. Les auteurs de la revue de littérature proposent une dilution d’eau de javel à 1:50. L’efficacité d’une application d’éthanol est comparable.
Il n’y a pas de donnée expérimentale sur l’efficacité du lavage des mains pour en supprimer le SARS-CoV-2. En revanche, un travail taïwanais a montré que l’installation de points de lavage des mains dans un service d’urgence était associé significativement avec une diminution du risque de contamination des professionnels de santé par ce virus.