COVID-19 : l’OMS publie des recommandations relatives à l’imagerie thoracique

  • Akl EA & al.
  • Radiology
  • 30 juil. 2020

  • Par Jenny Blair, MD
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Sur la base des données probantes actuelles, l’imagerie thoracique n’est pas toujours appropriée chez les patients suspectés d’être atteints de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19).
  • Elle peut être utile à des fins diagnostiques si l’obtention des résultats des tests par réaction en chaîne par polymérase (Polymerase Chain Reaction, PCR) prend du temps.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’utilisation de l’imagerie thoracique pour les patients atteints du COVID-19 varie grandement.

Description

  • Il s’agit d’un guide rapide de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) sur l’imagerie thoracique pour les patients atteints du COVID-19.
  • Financement : gouvernement du Japon. 

Informations clés

  • Toutes les suggestions sont conditionnelles ; les données probantes sont de faible certitude au mieux.
  • Contacts asymptomatiques de patients atteints du COVID-19 :
    • Éviter l’imagerie thoracique à visée diagnostique ; privilégier un test par PCR.
  • Patients symptomatiques avec suspicion de COVID-19 :
    • Éviter l’imagerie thoracique pour établir un diagnostic s’il est facile de réaliser un test par PCR et d’obtenir les résultats.
    • Utiliser l’imagerie thoracique, en particulier chez les groupes à plus haut risque, en cas de lenteur pour réaliser le test par PCR ou en cas d’indisponibilité, ou en cas de suspicion clinique venant contredire un résultat négatif au test par PCR.
  • Patients non hospitalisés légèrement symptomatiques avec suspicion ou confirmation de COVID-19 :
    • Inclure un examen d’imagerie thoracique dans le bilan, en particulier chez les groupes à plus haut risque.
  • Patients non hospitalisés modérément ou sévèrement symptomatiques :
    • Réaliser un examen d’imagerie thoracique pour vous aider dans les décisions liées à l’orientation des patients.
  • Patients hospitalisés modérément ou sévèrement symptomatiques :
    • Utiliser l’imagerie thoracique pour vous aider dans les décisions liées à la prise en charge des patients.
  • Patients hospitalisés dont les symptômes ont disparu :
    • Éviter d’utiliser l’imagerie thoracique pour appuyer les décisions liées à l’orientation des patients, sauf pour les patients qui présentaient une maladie sévère ou une maladie pulmonaire chronique préexistante.
  • Lors du choix de la modalité d’imagerie, recourir à la prise de décision partagée.