COVID-19 : l’expression du récepteur ECA2 dans les poumons est étonnamment élevée chez les enfants

  • Zhang Z & al.
  • Clin Infect Dis
  • 3 janv. 2021

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les enfants ont davantage de récepteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ECA2) et de cellules progénitrices pulmonaires que les adultes plus âgés atteints de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19).

Pourquoi est-ce important ?

  • La découverte de cette première analyse des marqueurs des tissus pulmonaires suggère que l’expression de l’ECA2 n’a pas de rapport avec une plus grande sévérité de la maladie chez les adultes plus âgés, par rapport aux enfants.
  • Cette découverte d’une présence plus importante de marqueurs des cellules progénitrices pulmonaires pourrait expliquer en partie pourquoi les enfants atteints du COVID-19 présentent une forme plus bénigne de la maladie et une plus faible mortalité.

Méthodologie

  • Une étude de cohorte rétrospective a été menée auprès de 299 patients atteints du COVID-19 dans 4 hôpitaux chinois.
  • L’expression et la distribution de l’ECA2 ainsi que les marqueurs des cellules progénitrices pulmonaires ont été étudiés à l’aide d’une combinaison d’ensembles de données de séquençage de l’acide ribonucléique (ARN) sur cellule unique, de biopsies pulmonaires, d’immunocoloration et de l’infection ex vivo des tissus pulmonaires par un pseudovirus du coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2) chez 26 enfants et 14 adultes plus âgés.
  • Financement : subvention de la Fondation nationale des sciences naturelles de Chine ; autres.

Principaux résultats

  • Les patients âgés de plus de 50 ans avaient des taux plus élevés de pneumonie sévère (35,1 %) et de pneumonie critique (2,7 %) que les enfants âgés de moins de 16 ans (0,6 % de pneumonie sévère et absence de pneumonie critique).
  • Aucune différence entre les âges n’a été identifiée concernant la susceptibilité des tissus pulmonaires à l’infection au pseudovirus du SARS-CoV-2.
  • Les adultes plus âgés (de plus de 50 ans), par rapport aux enfants, avaient une expression réduite de l’ARN messager (ARNm) de l’ECA2 (P = 0,05), moins de cellules exprimant l’ECA2 par 0,025 cm2 (P 

Limites

  • Le nombre de tissus pulmonaires ayant été prélevés était faible.
  • Il s’agit d’une étude observationnelle et rétrospective.