COVID-19 : l’excrétion virale est prolongée chez les patients intubés atteints de DT2

  • Buetti N & al.
  • Endocrine
  • 8 sept. 2020

  • Par Miriam Tucker
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’excrétion du SARS-CoV-2 pourrait être prolongée chez les patients intubés atteints de diabète de type 2 (DT2).
  • Chez les patients gravement malades atteints du COVID-19, 1 aspiration trachéale inférieure (ATI) négative devrait suffire pour évaluer et exclure l’infectivité.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les patients gravement malades atteints du COVID-19 doivent être strictement isolés pour limiter la transmission, mais la durée de l’infectivité reste inconnue.

Méthodologie

  • À compter du 9 avril 2020, 48 patients intubés atteints du COVID-19 ont fait l’objet de 2 à 8 tests par réaction en chaîne par polymérase (Polymerase Chain Reaction, PCR) portant sur des échantillons prélevés par écouvillonnage nasopharyngé et par ATI.
  • Financement : Fonds national suisse de la recherche scientifique ; Fondation Bangerter-Rhyner.

Principaux résultats

  • À la sélection, les résultats des échantillons prélevés par écouvillonnage et par ATI correspondaient chez 31 patients (65 %) tandis que chez 15 patients (31 %), les échantillons prélevés par ATI étaient positifs et les échantillons prélevés par écouvillonnage étaient négatifs.
  • Pendant le suivi, 31 patients ont présenté un résultat négatif au test par PCR des échantillons prélevés par ATI et 28 patients (90,3 %) ont obtenu un second résultat négatif au test dans les 3 jours qui ont suivi.
  • Le taux d’obtention d’un premier résultat négatif au test par PCR associé à un second résultat négatif était de 96,7 %.
  • Excrétion virale médiane : 25 jours (intervalle interquartile : 21,5–28) depuis l’apparition des symptômes.
  • Dans une analyse multivariée, le DT2 a été associé à une excrétion prolongée de l’ARN viral (RR : 0,31 ; P = 0,029).
  • Des résultats similaires ont été obtenus avec une négativité définie comme 2 échantillons prélevés par ATI étant négatifs (RR : 0,23 ; P = 0,0089).

Limites

  • Méthodologie observationnelle.
  • Le prélèvement d’échantillons d’ATI n’a pas été réalisé quotidiennement et n’a plus été réalisé après 2 résultats négatifs.
  • Les cultures de cellules virales n’ont pas été réalisées systématiquement.
  • Échantillon de petite taille.