COVID-19 : l’arrêt des inhibiteurs du SRAA n’a aucun effet dans le cadre de la forme légère à modérée de la maladie

  • Lopes RD & al.
  • JAMA

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans le cadre de la forme légère à modérée de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19), les patients arrêtant de prendre des inhibiteurs du système rénine-angiotensine-aldostérone (SRAA) n’ont pas présenté de différences s’agissant du nombre de jours en vie et hors de l’hôpital, par rapport aux patients ayant continué à en prendre.
  • L’arrêt des inhibiteurs du SRAA pendant 30 jours n’a pas non plus entraîné de différences dans les sous-groupes dans cet essai randomisé.

Pourquoi est-ce important ?

  • Auteurs : les résultats ne soutiennent pas l’arrêt systématique des inhibiteurs du SRAA chez les patients hospitalisés atteints d’une forme légère à modérée du COVID-19.

Principaux résultats

  • 659 patients ont été inclus.
  • 100 % des patients présentaient une hypertension ; 334 ont arrêté la prise d’inhibiteurs du SRAA.
  • 57,1 % des patients présentaient une forme légère du COVID-19 et 42,9 % une forme modérée.
  • 100 % des patients ont effectué un suivi de 30 jours et les groupes étaient bien appariés à l’inclusion.
  • Le critère d’évaluation principal du nombre moyen de jours en vie et hors de l’hôpital n’a pas différé de manière significative entre les patients ayant arrêté la prise d’inhibiteurs du SRAA et ceux ayant continué à en prendre : 21,9 jours, contre 22,9 jours.
  • 91,9 % des patients ayant arrêté la prise d’inhibiteurs du SRAA, contre 94,8 % de ceux ayant continué à en prendre, étaient en vie et hors de l’hôpital à 30 jours.
  • Le taux de mortalité était de 2,7 % pour les patients ayant arrêté la prise d’inhibiteurs du SRAA, contre 2,8 % pour ceux ayant continué à en prendre.
  • Aucun changement n’a été constaté concernant la tendance générale en fonction de l’âge, de l’obésité, du type d’inhibiteur du SRAA et des résultats à la tomodensitométrie (TDM).

Méthodologie

  • Un essai clinique randomisé a été mené dans 29 hôpitaux au Brésil, du 9 avril au 26 juin 2020 ; suivi final : 26 juillet 2020.
  • Financement : Institut d’Or pour la recherche et l’éducation.

Limites

  • L’étude a été menée en ouvert.
  • Seul un faible pourcentage des patients étaient atteints d’une insuffisance cardiaque. Le caractère généralisable des résultats à cette population prenant des inhibiteurs du SRAA n’est donc pas connu.