COVID-19 et grippe saisonnière : comparaison n’est pas raison


  • Serge Cannasse
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Certains commentateurs ou personnalités politiques, voire certains médecins, soutiennent que la mortalité due au COVID-19 n’est pas plus élevée que celle due à la grippe saisonnière. Dans un point de vue publié par le JAMA ( Journal of the American Medical Association ), deux auteurs démontent cette assertion en se basant sur les données publiées par le CDC (Center for Disease Control and Prevention) américain.

Ils font d’abord remarquer que ces données nationales ne sont pas toujours valables au niveaux locaux, où le nombre de décès dus au COVID-19 peut être bien plus élevé qu’attendu du fait du manque de ventilateurs dans les services de soins intensifs et du dépassement des capacités d’accueil hospitalières. Mais surtout les décès dus au COVID-19 sont comptés, alors que ceux dus à la grippe saisonnière sont le résultat d’une estimation. Les chiffres donnés pour la grippe saisonnière sont obtenus en multipliant le nombre de décès comptabilisés par un facteur d’environ 6 (calculés en fonction de différents paramètres).

Par exemple, dans la semaine se terminant le 21 avril de cette année, le nombre de morts comptabilisés dus au COVID-19 s’est élevé à 15.455, celui de la semaine précédente à 14.478. Pour les saisons 2013-2014 jusqu’à 2019-2020, le nombre maximum de décès comptabilisés par semaine dus à la grippe saisonnière a varié de 351 à 1.626, avec une moyenne de 752,4. Le rapport entre le nombre de décès comptabilisés pour le COVID-19 et celui pour la grippe saisonnière suggère que la mortalité par COVID-19 est de 9,5 à 44,1 fois plus élevée que celle due à la grippe.

En fait, la comparaison est compliquée :

  • Les décès par COVID-19 peuvent être sous-comptabilisés du fait du manque de tests virologiques disponibles ou de faux négatifs (notamment quand les patients sont hospitalisés tardivement après leurs premiers symptômes : les prélèvements sont souvent négatifs).

  • Les décès par grippe saisonnière ne sont pas tous signalés au CDC.

  • Certaines villes (par exemple New-York) ont changé leur mode de comptage, incluant les décès probables en sus des décès certains par COVID-19, avec en conséquence des décès qui lui sont possiblement imputés alors que l’épidémie n’est pas en cause.

Aussi les auteurs estiment que cette comparaison est prématurée, d’autant que les taux de mortalité varient énormément en fonction des pays, passant de moins de 1% à environ 15%. Ils n’en font pas moins remarquer qu’une des rares situations pour lesquelles nous disposons de données complètes, celle de la contamination sur le bateau de croisière Diamond Princess, a montré un taux de létalité de 0,5% dans la population générale une fois les ajustements sur l’âge effectués. Soit 5 fois celui de la grippe saisonnière.