COVID-19 et diabète : le Royaume-Uni émet des recommandations pour la prise en charge des patients hospitalisés

  • Association of British Clinical Diabetologists

  • Par Miriam Tucker
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La maladie à coronavirus 2019 (COVID-19), chez les patients hospitalisés ayant reçu un diagnostic de diabète ou chez qui le diabète n’était auparavant pas reconnu, augmente le risque d’états d’hyperglycémie avec présence de cétones nécessitant une intervention d’urgence, d’acidocétose diabétique (ACD) et d’état hyperglycémique hyperosmolaire.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des ajustements aux protocoles de prise en charge standard du diabète pourraient être requis.
  • Les cliniciens doivent contacter une équipe de spécialistes du diabète si possible.
  • Les recommandations basées sur l’expérience d’un centre au Royaume-Uni seront mises à jour.

Recommandations clés

  • Le taux de glucose sanguin doit être mesuré chez tous les patients nouvellement admis atteints du COVID-19, de même que les cétones chez l’ensemble des patients présentant un diabète connu ou un taux de glucose à l’admission supérieur à 12 mmol/l.
  • Remarque : une difficulté respiratoire peut également résulter d’une acidose métabolique.
  • Arrêter les inhibiteurs du cotransporteur sodium-glucose de type 2 (sodium glucose co-transporter 2 inhibitors, SGLT2i) chez tous les patients admis.
  • Remarque : le taux de glucose peut être inférieur à 11 mmol/l si le ou la patiente est sous SGLT2i, est enceinte et/ou présente une forme sévère du COVID-19.
  • Après avoir restauré le volume liquidien circulant, le débit de réhydratation peut devoir être ajusté en présence de données probantes indiquant une « fuite pulmonaire » ou une myocardite.
  • En cas d’indisponibilité de pompes à perfusion pour la perfusion d’insuline, utiliser des schémas sous-cutanés alternatifs pour prendre en charge l’hyperglycémie et l’ACD.
  • Certains patients pourraient nécessiter des doses d’insuline extrêmement élevées, avec un risque d’hypoglycémie paradoxale.
  • Ne jamais arrêter l’insuline basale chez les individus atteints d’un diabète de type 1.
  • Les patients qui utilisent déjà des moniteurs de glucose en continu et/ou des pompes à insuline doivent continuer leur autoprise en charge s’ils le peuvent, mais les dispositifs doivent être retirés pour la réalisation d’examens par résonance magnétique.
  • Il convient de toujours exclure les cas d’infection du pied aiguë/ischémie critique d’un membre.