COVID-19 en Seine-Saint-Denis : facteurs socioéconomiques ayant un impact sur la mortalité


  • Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Aujourd’hui il est admis que l’âge avancé,  le sexe masculin, les comorbidités, l’origine ethnique, le surpoids/l’obésité constituent des facteurs de risque de mortalité suite à une infection à SARS-CoV-2. Une étude française a explorée non pas les facteurs humains, mais les facteurs structurels de la contamination, de la propagation et de la mortalité par COVID-19 en Île-de-France. Fait étonnant, la Seine-Saint-Denis où la surmortalité par COVID-19 a été très forte, la proportion de population âgée de plus de 75 ans est inférieure à celle des autres départements de la région. Plusieurs variables socio-économiques distinguent la Seine-Saint-Denis des autres départements de la région Île-de-France, notamment une population plus pauvre économiquement, des logements plus insalubres et des logements plus souvent surpeuplés qu’ailleurs. Nombre de ces variables caractérisent également dans une moindre ampleur le département du Val-d’Oise. Ces données sont intéressantes pour mettre en œuvre des mesures adaptées aux différents profils populationnels des départements d’Île-de-France. 

Méthodologie

Cette étude s’est limitée à l’Ile-de-France, région constituée de 8 départements, représentant un peu plus de 12 millions d’habitants (19% de la population française) et présentant une hétérogénéité sociale en termes d’origine ethnique, de qualification professionnelle, de niveau d’étude, de système de santé disponible… Un large panel de 66 variables provenant de la base de données de l’INSEE a été utilisé. Trente variables ont été sélectionnées pour l’étude présentée ici.

Principaux résultats

Avant segmentation, les analyses montrent que le département de Seine-Saint-Denis se distingue de façon significative des autres départements par de nombreuses variables. Les départements les plus éloignés de celui de la Seine-Saint-Denis sont Paris et les Hauts-de-Seine.

Après segmentation plusieurs constatations sont mises en évidence :

  • Contrairement à ce qui est attendu, il n’y a pas de relation absolue entre l’âge >75 ans et la surmortalité. Les départements de Paris et des Yvelines qui comprennent en effet une proportion plus importante de sujets >75 ans que les autres départements de la région, sont pourtant les départements où la surmortalité par COVID-19 a été la plus faible. À l’inverse, la Seine-Saint-Denis qui comprend une proportion de sujets >75 ans inférieure aux autres départements, affiche une surmortalité forte. Le Val-d’Oise et la Seine-et-Marne suivent la même tendance que la Seine-Saint-Denis dans une moindre mesure.
  • La Seine-Saint-Denis et le Val d’Oise se distinguent des autres départements également par une forte proportion de la population bénéficiant de revenus des allocations chômage.
  • Ces deux départements se distinguent également par un taux de pauvreté plus important que dans les autres départements d’Île-de-France.
  • En Seine-Saint-Denis, Val-d’Oise, Seine-et-Marne, et Val-de-Marne, la proportion des personnes sans diplôme est également plus importante que dans les autres départements d’Île-de-France.
  • En Seine-Saint-Denis, la proportion de logements « indignes », de logement plus souvent surpeuplés et de foyers comprenant un plus grand nombre de personnes  est plus importante qu’ailleurs.