COVID-19 - Efficacité du plasma convalescent chez les patients atteints d’hémopathie lymphoïde B

  • Serge Cannasse
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les patients atteints d’hémopathie lymphoïde B semblent avoir plus volontiers des formes sévères de COVID-19. Les cliniciens de l’institut Gustave Roussy (Grand Paris) ont rapproché ce constat du fait que la plupart de ces malades reçoivent une immunothérapie par anti-CD-20 (rituximab), dont un des effets indésirables est la forte baisse du taux des lymphocytes B. Cela implique une moindre production d’anticorps dirigés contre le SARS-CoV-2.

Depuis avril 2020, la délivrance de plasma convalescent est autorisée par l’ANSM (Agence nationale de la sécurité du médicament) dans le cadre d’un protocole d’utilisation temporaire (PUT). Les hématologues et infectiologues de Gustave Roussy ont donc conduit une étude (publiée dans Blood) chez 17 patients ayant une hémopathie lymphoïde B, dont 15 étaient traités par rituximab et 16 n’avaient pas de lymphocytes B circulants. Tous ont reçu du plasma convalescent.

Au bout de 48 heures de transfusion, 16 sur 17 avaient une amélioration clinique. En moins d’une semaine, ces 16 patients ont pu être sevrés en oxygène et leur syndrome inflammatoire avait disparu. Aucun effet indésirable n’est survenu. Chez 9 malades, l’ARN viral est devenu indétectable dans le sang. Un patient, qui était intubé, est décédé de pneumonie bactérienne.

Pour les cliniciens, il s’agit d’une thérapie prometteuse, qu’il vont à présent évaluer chez une centaine d’autres patients.