COVID-19 : des variants sont liés au risque d’hospitalisation et d’admission en USI chez les patients plus jeunes

  • Funk T & al.
  • Euro Surveill

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les variants préoccupants du coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2) sont associés à un risque multiplié par 2 à 3 d’hospitalisation et d’admission en unité de soins intensifs (USI), selon les données de surveillance du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (European Centre for Disease Prevention and Control, ECDC).

Pourquoi est-ce important ?

  • L’évolution et la transmission des variants B.1.1.7 (ou la négativation de la détection du gène S [S gene target failure, SGTF]), B.1.351 et P.1 du SARS-CoV-2 soulignent la nécessité d’une vaccination universelle.
  • Il est essentiel de mettre en œuvre des tests de dépistage améliorés axés sur ces variants.

Principaux résultats

  • 3,2 millions de cas.
  • 19 995 cas impliquaient des variants préoccupants : 
    • B.1.1.7/SGTF dans 82,3 % de ces cas ;
    • B.1.351 dans 1,9 % de ces cas ;
    • P.1 dans 1,5 % de ces cas.
  • Les résultats ont été comparés avec ceux de 3 348 cas n’impliquant pas ces variants préoccupants. 
  • La plupart des cas ont été recensés au Portugal.
  • Taux d’hospitalisation :
    • Variants autres que les variants préoccupants : 7,5 %.
    • B.1.1.7/SGTF : 11,0 %.
    • B.1.351 : 19,3 %.
    • P.1 : 20,0 % (toutes les valeurs de P sont inférieures à 0,001, par rapport à des variants autres que les variants préoccupants).
  • Admissions en USI :
    • Variants autres que les variants préoccupants : 0,6 %.
    • B.1.1.7/SGTF : 1,4 % (P = 0,002).
    • B.1.351 : 2,3 % (P = 0,001).
    • P.1 : 2,1 % (P = 0,005).
  • Dans le cadre d’analyses multivariées, les rapports de cotes corrigés (RCc  ; IC à 95 %) pour les variants préoccupants, par rapport à d’autres variants, étaient les suivants :
    • Hospitalisations :
      • B.1.1.7/SGTF : 1,7 (1,0–2,9).
      • B.1.351 : 3,6 (2,1–6,2).
      • P.1 : 2,6 (1,4–4,8).
    • Admissions en USI :
      • B.1.1.7/SGTF : 2,3 (1,4–3,5).
      • B.1.351 : 3,3 (1,9–5,7).
      • P.1 : 2,2 (1,8–2,9).
    • Mortalité :
      • ​​​​​​​B.1.1.7/SGTF : 0,5 (0,3–0,9).
      • B.1.351 : 1,1 (0,4–3,4).
      • P.1 : 0,6 (0,3–1,0).
  • Les admissions en USI ou les hospitalisations étaient significativement plus probables chez les groupes d’âge plus jeune (20–36 ans et 40–59 ans) pour chacun des variants préoccupants, par rapport à d’autres variants.

​​​​​​​Méthodologie

  • Il s’agit d’une analyse de surveillance rétrospective s’appuyant sur des données provenant de Chypre, d’Estonie, de Finlande, d’Irlande, d’Italie, du Luxembourg et du Portugal, de septembre 2020 à mars 2021.
  • Financement : Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (European Centre for Disease Prevention and Control, ECDC) ; autres.

Limites

  • Le risque est peut-être surestimé.
  • Données manquantes/inconnues.
  • Il est peut-être trop tôt pour détecter un signe de mortalité.