COVID-19 : des données précoces indiquent qu’il n’existe aucun risque de transmission verticale chez les femmes enceintes

  • Chen H, et al
  • Lancet
  • 13 févr. 2020

  • Par Liz Scherer
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Des données précoces suggèrent que le nouveau coronavirus 2019 (COVID-19) ne se transmet pas en fin de grossesse chez les femmes enceintes présentant une pneumonie à COVID-19 confirmée. 
  • Un éditorial associé estime que ces résultats sont « précieux » dans ces nouvelles circonstances.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les conseils, le dépistage et le suivi sont importants chez les patientes enceintes. 
  • Les nouveau-nés de femmes atteintes d’une infection à COVID-19 confirmée doivent être isolés pendant environ 14 jours à partir de la naissance. L’allaitement maternel et les contacts maternels étroits doivent être évités.

Principaux résultats

  • 9 grossesses au troisième trimestre (intervalle : 36–39 semaines, +4 jours) ; tranche d’âge : 26–40 ans ; 6/9 échantillons de test.
  • Neuf patientes sur neuf ont fait l’objet d’une césarienne.
  • Les symptômes comprenaient : une fièvre faible (36,5–38,8 °C) sans frissons (n = 7 avant l’accouchement ; les 2 autres ont développé une fièvre après l’accouchement), une toux (n = 4), une myalgie (n = 3), des maux de gorge (n = 2), un malaise (n = 2), une maladie gastro-intestinale (n = 1) et des difficultés respiratoires (n = 1).
  • Les complications de la grossesse incluaient : une souffrance fœtale (n = 2), une rupture prématurée des membranes (n = 2), un diabète gestationnel (n = 1) et une pré-éclampsie (n = 1).
  • Les analyses biologiques ont révélé : une lymphopénie (moins de 1,0 × 109 cellules/l ; n = 5), la présence de protéine C-réactive (plus de 10 mg/l ; n = 6), un taux élevé d’alanine aminotransférase ou d’aspartate aminotransférase (n = 3) et une numération des globules blancs faible/normale (n = 7).
  • Huit patientes sur neuf présentaient des clichés de la tomodensitométrie (TDM) thoracique typiques du COVID-19.
  • Sur neuf naissances, neuf étaient viables et exemptes d’asphyxie néonatale.
  • 9 patientes sur 9 présentaient un score d’Apgar à 1 minute de 8–9 et un score d’Apgar à 5 minutes de 9–10.

Protocole de l’étude

  • Une revue rétrospective de cas décrivant les caractéristiques cliniques a été réalisée, afin d’évaluer une potentielle transmission verticale intra-utérine de COVID-19, chez des femmes enceintes hospitalisées et atteintes d’une pneumonie à COVID-19 confirmée.
  • Financement : Projet de science et de technologie du Hubei ; Projet de développement médical de l’Université de Wuhan.

Limites

  • Petit échantillon.
  • Le potentiel de transmission en début de grossesse est incertain.
  • Le risque de transmission ascendante intrapartum par voie utérine est incertain.