COVID-19 - Dépistage et contact-tracing : conduite à tenir en fonction du statut sérologique


  • Serge Cannasse
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) a publié un avis portant sur « la conduite à tenir en fonction du statut virologique SARS-CoV-2 chez une personne testée dans le cadre du dépistage ou du contact-tracing. » Si les connaissances portant sur la RT-PCR sont aujourd’hui bien stabilisées, en revanche, avertit le texte de l’avis, il existe une réelle « difficulté pour les acteurs médicaux de 1ère ligne » de décider que faire en fonction des résultats des tests virologiques : d’une part, il persiste des incertitudes scientifiques (notamment sur l’immunité acquise), d’autre part, les résultats des tests sont qualitatifs (positifs/négatifs), ce qui peut compliquer leur interprétation.

Plusieurs situations se présentent dans le cadre du dépistage ou du contact-tracing.

  1. La personne a des signes cliniques évocateurs de COVID-19 : la conduite à tenir est celle d’un cas possible.

  2. La personne n’a pas d’antécédents personnels d’infection documentée à SARS-CoV-2.

  • RT-PCR positive + détection d’AC anti-SARS-CoV-2 IgG ou totaux : investiguer les contacts à risque jusqu’à 10 jours précédant la date de réalisation des tests ; isolement non recommandé si la RT-PCR a été réalisée il y a au moins 7 jours.

  • RT-PCR positive + absence de détection d’AC anti-SARS-CoV-2 IgG ou totaux : investiguer les contacts à risque jusqu’à 10 jours précédant la date de réalisation des tests ; isolement recommandé pendant 7 jours après la date du prélèvement naso-pharyngé.

  • RT-PCR négative : pas d’investigation complémentaire ; quatorzaine recommandée s’il s’agit d’un patient repéré par contact-tracing (raccourcie à 7 jours si la recherche de l’ARN viral par RT-PCR a été pratiquée au moins 7 jours après la date d’exposition), mais pas en cas de dépistage systématique.

  1. La personne a des antécédents personnels d’infection documentée à SARS-CoV-2.

  • RT-PCR positive + détection d’AC anti-SARS-CoV-2 IgG ou totaux ; il peut s’agir d’une excrétion virale intermittente, avec une probabilité de contagiosité négligeable.

  • RT-PCR positive + non détection d’AC anti-SARS-CoV-2 IgG ou totaux (test négatif ou non réalisé) : situation rare et complexe à interpréter au cas par cas.

  • RT-PCR négative + détection d’AC anti-SARS-CoV-2 IgG ou totaux : probabilité de contagiosité négligeable, pas d’investigation supplémentaire recommandée ni de mise en quatorzaine.

  • Pas de détection d’AC anti-SARS-CoV-2 IgG ou totaux : pas d’investigation indiquée.

  1. La personne a fait réaliser un TROD (test rapide d’orientation diagnostique) : tout résultat, positif ou négatif, doit être confirmé par une technique réalisée en laboratoire de biologie médicale.