COVID-19 : comparaison des dynamiques d’évolution de l’épidémie dans six métropoles

  • Signorelli C & al.
  • Acta Biomed
  • 11 mai 2020

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La façon dont les différents pays ou métropoles ont fait face à l’épidémie de COVID-19 a fait l’objet de nombreux commentaires. Une publication italienne propose une première évaluation épidémiologique de la diffusion de l’infection au sein de 6 grandes métropoles ou agglomérations: New-York, communauté de Madrid, Ile-de-France, Bruxelles-Capitale, Grand Londres et la Lombardie. 

Ainsi, les chercheurs proposent une évaluation des taux de décès à 30 jours après le 3 e décès survenu localement. Ils montrent que c’est à New York (8,4 millions d’habitants, 10.715 personnes/km²) ou dans la Communauté de Madrid (6,6 millions, 829,8/km²) que le taux de décès a été le plus élevé à 30 jours, avec respectivement 81,2 et 77,1 décès pour 100.000 habitants. Les taux les plus faibles étaient rapportés pour l’Ile-de-France (12,3 millions, 1.022/km²) et pour le Grand Londres (9,3 millions d’habitants, 9.404 /km²) avec respectivement 26,9 et 23 décès pour 100.000 habitants. Bruxelles Capitale (1,2 millions, 9.489/km²) et la Lombardie (10,1 millions, 422/km² dont 3,2 millions et 2.063/km² à Milan)  présentaient des chiffres intermédiaires. Concernant cette dernière, les auteurs évoquent le fait que les principaux clusters n’ont pas touché directement Milan mais des villes voisines moins densément peuplées.

Cette évaluation permet ainsi d’objectiver la gestion de l’épidémie dans les différents territoires. Outre la rapidité de la mise en place des mesures de confinement, les auteurs évoquent plusieurs éléments qui influencent la spécificité de chaque ville : la capacité des territoires à accroître la capacité d’accueil en réanimation, qui a été plus que doublée dans les métropoles de Madrid, Paris et Milan, le travail de coopération rapide qui a pu être déployé entre structures publiques et privées à Londres et Milan, les spécificités du système de santé ou encore les mesures mises en place au niveau hospitalier pour limiter les infections du personnel.