COVID-19 : comment éviter la pénurie médicamenteuse en réanimation ?


  • Fanny Le Brun
  • Actualités des médicaments
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Face à la situation épidémique actuelle responsable d’un nombre totalement inhabituel d’hospitalisations dans les services de réanimation, dépassant les capacités observées en temps normal, des tensions d'approvisionnement en médicaments indispensables à ces services inquiètent les soignants.

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a pris plusieurs mesures pour gérer ces tensions :

  • Engagement des industriels à augmenter leurs capacités de production,
  • Importations de médicaments de l’étranger,
  • Autorisation d’utiliser de façon exceptionnelle certains médicaments à usage vétérinaire comparables à ceux utilisés chez l’Homme.

Concernant les médicaments importés, l’ANSM évalue préalablement leur efficacité, leur qualité et leur sécurité mais face à l’urgence, contrairement à ce qui est fait habituellement, il n’est pas prévu de les étiqueter en langue française. Cette absence de traduction peut présenter un risque d’erreurs médicamenteuses. C’est pourquoi il est demandé aux pharmaciens de PUI (pharmacies à usage intérieur) d’informer les équipes soignantes et particulièrement les équipes de réanimation, des conditions et précautions particulières d’utilisation de ces médicaments. Pour cela, les pharmaciens disposent de fiches explicatives accompagnant les boîtes mises à disposition des hôpitaux. Ces fiches précisent clairement les principales différences entre le médicament français et celui importé afin de prévenir les risques d’erreurs médicamenteuses. Elles doivent être transmises dans les services de réanimation et rester disponibles pour le personnel soignant.