COVID-19 : comment améliorer le dépistage ?


  • Fanny Le Brun
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Alors que certains reprochent à la France ses capacités restreintes de dépistage du COVID-19 et que le directeur générale de l’OMS appelle à un dépistage massif, Jérôme Salomon (Directeur général de la santé) a abordé ce sujet dans son point presse du mardi 24 mars. Il a précisé que la France est en train d’augmenter ses capacités de dépistage grâce à l’utilisation d’automates. Actuellement, notre pays peut réaliser 9.000 tests par jour mais d’ici la fin de semaine on devrait atteindre les 19.000 tests par jour et d’ici la fin de semaine prochaine les 29.000 tests par jour.

Comment améliorer le dépistage ?

Le test de dépistage du SARS-CoV-2 est actuellement basé sur la recherche de l’ARN du virus dans un prélèvement naso-pharyngé qui se fait à l'aide d'un écouvillon ou dans un prélèvement au niveau des voies respiratoires basses (crachats...). L'échantillon est analysé grâce à une technique de PCR. Les prélèvements peuvent être faits à l’hôpital ou dans les laboratoires de ville mais l’échantillon doit ensuite être envoyé à un laboratoire spécialisé pour analyse, ce qui limite les capacités de dépistage et ne permet pas d’avoir un résultat rapide : l’analyse peut être réalisée en 4 à 6 heures mais comme elle n’est pas faite sur le lieu de prélèvement, l’obtention des résultats nécessite généralement 24 heures.

Les laboratoires se mobilisent pour développer d’autres types de tests afin d’augmenter les capacités de dépistage et gagner du temps. Par exemple, le laboratoire Roche vient de mettre au point un test adapté aux machines Cobas à haut débit entièrement automatisées utilisées dans les laboratoires de ville. Ces automates sont capables de réaliser près de 100 analyses en trois heures. Ce test a déjà obtenu le feu vert de la Food and Drug Administration (FDA) et de l’Union européenne et va permettre d’augmenter significativement les capacités de dépistage en France.

Parallèlement, aux États-Unis, la FDA a également approuvé un premier test de dépistage rapide qui permet d’obtenir un résultat en 45 minutes.

La mise à disposition d'auto-tests est également à l'étude...

Quid de la recherche d’anticorps dans le sang ?

Comme l’a indiqué Jérôme Salomon, la mise au point de tests permettant la recherche d’anticorps contre le SARS-CoV-2 dans le sang des patients fait partie des défis qui nous attendent pour les prochaines semaines (l’institut Pasteur y travaille…). En effet, un dépistage sérologique à grande échelle serait intéressant pour connaître la proportion de personnes immunisées en France et à titre individuel, cela permettrait à chacun de savoir s’il est immunisé et donc protégé contre ce virus.