COVID-19 - Caractéristiques des enfants atteints d’un syndrome apparenté à la maladie de Kawasaki


  • Serge Cannasse
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Contexte

Les manifestations cliniques du COVID-19 sont moins fréquentes et moins sévères chez les enfants que chez les adultes. Cependant, l’attention des cliniciens a été attirée par la présence chez certains enfants atteints de cette pathologie d’un syndrome inflammatoire systémique apparenté à la maladie de Kawasaki, avec choc cardiaque, respiratoire, rénal et gastrointestinal et des manifestations neurologiques.

Résultats

Une équipe de cliniciens (Service de pédiatrie générale et maladies infectieuses de l’hôpital Necker-Enfants malades – AP-HP, Paris) a conduit une étude prospective observationnelle du 27 avril au 15 mai 2020 chez 21 enfants et adolescents hospitalisés avec un syndrome apparenté à la maladie de Kawasaki en contexte d’épidémie de COVID-19. Leur âge médian était de 7,9 ans (de 3,7 à 16,6 ans). Parmi eux, 12 (57%) avaient un parent ou un grand-parent né dans un pays d’Afrique sub-saharienne.

Douze patients ont développé un syndrome de choc lié à la maladie de Kawasaki, 16 ont fait une myocardite et 17 ont dû être hospitalisés en soins intensifs ou en réanimation pédiatrique. Tous ont eu une symptomatologie digestive bruyante au début de la maladie (douleurs abdominales, diarrhées, vomissements). Tous avaient des marqueurs inflammatoires élevés.

Parmi eux, 19 avaient des marqueurs d’infection récente à SARS-CoV-2 (RT-PCR positive chez 8 patients, anticorps IgG chez 19 patients).

Tous les patients ont reçu des immunoglobulines intraveineuses et 10 des corticoïdes. L’évolution clinique a été favorable dans tous les cas. Des dilatations coronaires ont été détectées chez 5 patients pendant l’hospitalisation.

Conclusion

Les auteurs admettent que leur étude ne peut établir formellement un lien de causalité de ce syndrome apparenté à la maladie de Kawasaki avec l’infection par SARS-CoV-2, même si la suspicion en est très forte. Par rapport à la maladie habituellement décrite, ils notent que les patients sont souvent plus âgés, de descendance d’un pays d’Afrique sub-saharienne, avec des manifestations digestives au premier plan, des formes sévères de myocardite et une instabilité hémodynamique.