Contrôle de la pression artérielle chez les adultes plus âgés : une nouvelle recherche soulève des questions


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle recherche suggère que l’atteinte d’une valeur cible inférieure à 140/90 mmHg pour la pression artérielle (PA) pourrait en réalité ne pas être bénéfique pour la totalité des patients plus âgés. 

Dans une nouvelle étude, des chercheurs en Allemagne ont examiné les données portant sur 1 628 patients âgés d’au moins 70 ans pour évaluer si des valeurs de PA inférieures à 140/90 mmHg durant un traitement antihypertenseur étaient associées à une diminution du risque de mortalité toutes causes confondues.  

Durant 8 853 personnes-années de suivi, 469 patients sont décédés. L’étude a révélé que la PA normalisée n’était pas associée à une diminution du risque, mais à une augmentation de 26 % du risque de mortalité toutes causes confondues chez les adultes plus âgés. Les auteurs ont noté que, même si une tendance à une diminution du risque de mortalité toutes causes confondues a été associée à une PA normalisée chez les patients âgés entre 70 et 79 ans, un risque accru a été observé chez les patients âgés de 80 ans ou plus et chez les patients ayant des antécédents d’événements cardiovasculaires.

« Nos résultats montrent clairement qu’au sein de ces groupes de patients, le traitement antihypertenseur doit être ajusté en fonction des besoins individuels », a déclaré le Dr Antonios Douros de Charité – Universitätsmedizin de Berlin, en Allemagne. « Nous devons prendre nos distances avec l’approche générale qui consiste à appliquer les recommandations d’associations professionnelles à l’ensemble des groupes de patients. »

La recherche a été publiée dans la revue European Heart Journal