Consultation de l’OMS sur la consommation d’acides gras saturés et d’acides gras trans pour l’adulte et l’enfant

  • Univadis
  • Medical News
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) invite les parties intéressées à formuler des commentaires à propos du projet de directives de l’OMS sur la consommation d’acides gras saturés et d’acides gras trans pour l’adulte et l’enfant.

Cette initiative entre dans le cadre d’efforts déployés par le département « Nutrition pour la santé et le développement » (Nutrition for Health and Development, NHD) de l’OMS, par le biais des travaux du sous-groupe « Régime alimentaire et santé » du Groupe consultatif d’experts chargé de donner des orientations sur la nutrition (Nutrition Guidance Expert Advisory Group, NUGAG), dans le but d’actualiser les objectifs nutritionnels pour la population afin de prévenir les maladies non transmissibles (MNT). Les acides gras saturés et les acides gras trans alimentaires sont particulièrement préoccupants pour l’OMS étant donné que des niveaux élevés de leur consommation sont corrélés à un risque accru de maladie cardiovasculaire.

L’organisation souhaite que les adultes et les enfants réduisent leur consommation de graisses saturées de sorte qu’elles représentent moins de 10 % du total des besoins énergétiques quotidiens, en se servant des acides gras polyinsaturés comme source d’énergie de substitution, si nécessaire. Les graisses trans doivent représenter 1 % ou moins de l’apport quotidien en calories.

La consultation publique restera ouverte jusqu’au 1er juin 2018. Durant cette période, le projet de directives fera également l’objet d’un examen par les pairs mené par un groupe d’experts externe. Une fois l’examen par les pairs et la consultation publique terminés, les directives seront finalisées et passées en revue par le Comité d’examen des directives de l’OMS pour approbation finale avant sa diffusion officielle.