Consommation d’alcool et risque de CCR : l’association varie selon l’origine ethnique

  • Am J Epidemiol

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La consommation d’alcool augmente le risque de cancer colorectal (CCR), mais cette association varie selon l’origine ethnique.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les études antérieures portant sur l’association entre la consommation d’alcool et le risque de CCR manquaient de données sur les différences entre les origines ethniques.

Protocole de l’étude

  • 190 698 personnes issues de l’étude de cohorte multiethnique (MEC), à Hawaï et en Californie, ont été évaluées.
  • La durée de suivi moyenne était de 16,7 ans.
  • Financement : Institut national du cancer (National Cancer Institute).

Principaux résultats

  • Comparativement aux non-buveurs, les personnes qui consommaient 15,0 g d’alcool par jour ou plus présentaient un risque accru de CCR (RR : 1,11 pour une consommation de 15,0–29,9 g/jour [IC à 95 % : 1,00–1,24] ; et RR : 1,37 pour une consommation de 30,0 g/jour ou plus [IC à 95 % : 1,24–1,50]).
  • Le risque de CCR était significatif d’un point de vue statistique chez les hommes (RR : 1,16 pour une consommation de 15,0–29,9 g/jour ; et RR : 1,28 pour une consommation de 30,0 g/jour ou plus ; P 
  • L’augmentation la plus importante du risque a été observée chez les personnes d’origine ethnique latino-américaine, suivies des personnes d’origine nippo-américaine, les autochtones hawaïens et les personnes d’origine ethnique blanche, pour une consommation de 15,0–29,9 g/jour et de 30,0 g/jour ou plus, respectivement :
    • Personnes d’origine ethnique latino-américaine : RR : 1,29 et 1,20 ; P = 0,03.
    • Personnes d’origine ethnique nippo-américaine : RR : 1,15 et 1,38 ; P = 0,001.
    • Autochtones hawaïens : RR : 1,04 et 1,64 ; P = 0,03.
    • Personnes d’origine ethnique blanche : RR : 1,06 et 1,11 ; P = 0,06.
  • Le risque de CCR était également associé à la consommation d’alcools forts (comparativement à la bière et au vin), à l’emplacement anatomique de la maladie, à un IMC inférieur à 25 kg/m2, à la prise d’AINS et à la consommation de folates et de fibres alimentaires.

Limites

  • Aucune donnée concernant la consommation totale d’alcool au cours de la vie.