Connaissez-vous les - véritables - risques de carence liés au végétarisme ?

  • Villette C & al.
  • Nutrients

  • Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Selon une enquête menée auprès de praticiens du réseau Sentinelles, les généralistes et pédiatres sont nombreux à sous-estimer à tort le risque de carence en vitamine B12 associé au régime végétarien et, encore plus, végétalien. À l’inverse, ils estiment à tort que le risque de carence en fer ou en protéine est important.

  • Ce sont les praticiens les plus âgés, et ceux qui semblent avoir les moins larges connaissances sur le sujet qui se déclarent les plus réticents face à l’adoption d’un tel régime par leurs patients.

Pourquoi est-ce important ?

Selon une étude, 2,7% de la population française serait végétarienne, et beaucoup d’autres réduisent leur apport en protéines animales. Le principal risque décrit comme étant clairement associé à ce régime et, a fortiori au régime végan, est la carence en vitamine B12. Parallèlement, d’autres déficits ou carences liés au végétarisme sont évoqués dans les revues systématiques (zinc, calcium ou sélénium). À l’inverse, il est démontré que le risque de carence en protéines n’est pas justifié. Enfin, même si les végétariens ont généralement des réserves en fer plus faibles que les autres, du fait d’une moindre assimilation du fer d’origine végétale, il n'y a pas de données suffisantes suggérant un impact néfaste sur leur santé.

Or, les connaissances en nutrition des praticiens issues de leur formation initiale restent limitées. Il était intéressant de connaître leur niveau de connaissance et la façon dont ils perçoivent ces régimes alimentaires.

Méthodologie

L’enquête a été proposée aux praticiens du réseau Sentinelles en 2018. Au total, 149 généralistes (âge moyen 49 ans, 41% de femmes, 40% en milieu urbain) et 28 pédiatres (âge moyen 56 ans, 93% de femmes, 86% en milieu urbain) ont répondu. Trois pour cent avaient un diplôme en nutrition et 5% suivaient eux-mêmes un régime végétarien.

Principaux résultats

Selon les participants, les principales carences encourues par les personnes suivant des régimes végétariens ou végétaliens sont celles en fer (76% et 84% respectivement) et en protéines (45% et 79%). Ils n’étaient que 49% et 69% à évoquer la carence en vitamine B12 associée à ces deux régimes.

Environ la moitié des participants ont déclaré avoir vu au moins un patient végétarien au cours des trois derniers mois. Par ailleurs, la plupart estimaient ne pas être suffisamment formés sur ces régimes (81%). Le régime végétarien était majoritairement considéré par les praticiens comme inadapté aux nourrissons, enfants, adolescents ou personnes âgés (entre 51 et 67% selon les groupes de sujets). Ces chiffres étaient compris entre 83 et 95 % pour le régime végétalien.

Ils étaient 14% et même 51% à déclarer qu'ils dissuaderaient un patient de passer respectivement à un régime végétarien ou végétalien. Cette opinion était associée au fait d’avoir plus de 50 ans ou de considérer que ces régimes exposent à un risque de déficit en folates (assertion erronée pouvant être un marqueur du niveau de connaissance du praticien)