Congrès sur l’insuffisance cardiaque 2019 : les traitements de fertilité sont associés à la cardiomyopathie du péripartum


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle recherche suggère que la fécondation in vitro (FIV) et l’injection intracytoplasmique de sperme (IICS) pourraient constituer des facteurs de risque de cardiomyopathie du péripartum (CMPP), avec des experts recommandant que les femmes ayant conçu à l’aide d’une technologie de reproduction assistée (TRA) se fassent surveiller quant à la présence d’une CMPP. 

Des chercheurs ont examiné l’incidence et les résultats de 108 patientes atteintes d’une CMPP pour lesquelles une sous-fertilité était rapportée, ayant ou non fait l’objet de procédures par TRA. 

Parmi ces patientes, 30 % ont rapporté une sous-fertilité. Parmi les patientes sous-fertiles atteintes d’une CMPP, 56 % (n = 18) avaient fait l’objet d’une FIV/IICS, 34 % (n = 11) avaient reçu un traitement hormonal et 9 % (n = 3) avaient conçu naturellement. La proportion de naissances viables conçues par FIV/IICS, par rapport au nombre total de naissances viables de toutes les patientes atteintes d’une CMPP interrogées, était de 12,1 %, contre 2,2 % au sein de la population allemande dans son ensemble. 

Les auteurs ont toutefois noté que les résultats cliniques des patientes atteintes d’une CMPP dans l’étude n’étaient pas moins bons chez les femmes ayant des problèmes de fertilité, par rapport à celles dont la fertilité était normale. 

« Chez toutes les femmes ayant conçu de manière artificielle, les gynécologues et les médecins spécialistes de la fertilité devraient conseiller des examens cardiaques comprenant une échocardiographie après l’accouchement, ou peu de temps avant, afin d’écarter toute CMPP », a déclaré le professeur Denise Hilfiker­-Kleiner, l’auteur principal de l’étude de l’école de médecine d’Hanovre. 

La recherche a été présentée cette semaine à l’occasion de l’édition 2019 du congrès sur l’insuffisance cardiaque de la Société européenne de cardiologie (European Society of Cardiology).