Congrès 2019 de l’ESMO sur le cancer du sein : comparaison entre la chimiothérapie continue et intermittente pour le traitement du cancer du sein HER2-


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Par rapport à la chimiothérapie intermittente, un programme continu est associé à une amélioration de la survie et à une qualité de vie (QdV) similaire, chez les patientes atteintes d’un cancer du sein (CS) à récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2, HER2) négatif avancé, selon les analyses de l’étude Stop & Go, présentée lors de l’édition 2019 du congrès de la Société européenne d’oncologie médicale (European Society for Medical Oncology, ESMO) portant sur le cancer du sein.

L’étude de phase III randomisée (n = 420) a comparé une chimiothérapie intermittente (4 cycles, pause thérapeutique, 4 cycles) à une chimiothérapie continue (8 cycles consécutifs). Le traitement de première intention était composé de paclitaxel associé à du bévacizumab, et le traitement de seconde intention était à base de capécitabine ou de doxorubicine liposomale non pégylée.

Pour les patientes ayant commencé le traitement de l’étude de seconde intention (n = 270 ; 131 dans le bras de la chimiothérapie intermittente, contre 139 dans le bras de la chimiothérapie continue), la survie sans progression (SSP) médiane pour le traitement de seconde intention était de 3,5 mois, contre 5,0 mois (rapport de risque instantané [RRI] : 1,04 ; IC à 95 % : 0,69–1,57), et la survie globale (SG) médiane pour le traitement de seconde intention était de 10,6 mois, contre 12,0 mois (RRI : 1,64 ; IC à 95 % : 1,08–2,48). La SSP médiane combinée pour le traitement de première et de seconde intention était de 14,6 mois, contre 16,6 mois (RRI : 1,59 ; IC à 95 % : 1,04–2,45), et la SG médiane était de 20,3 mois, contre 23,0 mois (RRI : 1,93 ; IC à 95 % : 1,26–2,95).

Une étude distincte a évalué la QdV avec le programme intermittent, par rapport au programme continu. La QdV physique a baissé de façon linéaire dans le bras du programme intermittent, ce qui a entraîné une différence cliniquement significative de 5,68 points à 24 mois (P