Confirmation de l’intérêt du cannabidiol à plus d'un an dans le syndrome de Dravet

  • Devinsky O & al.
  • Epilepsia
  • 23 déc. 2018

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’étude d’extension en ouvert GWPCARE5 qui rassemblait des enfants présentant un syndrome de Dravet a permis de confirmer l’intérêt clinique et la tolérance acceptable du cannabidiol dans une des formes d’épilepsie myoclonique les plus sévères de l’enfant. Selon cette étude, la diminution de la fréquence globale des crises, et celle concernant les seules crises convulsives, était comprise entre 38% et 44% et entre 39% et 51% respectivement, selon la période considérée au cours de l’année de suivi.

  • En termes de tolérance, 6,4% des enfants ont dû arrêter l’étude pour des problèmes de tolérance. La principale difficulté concernait le bilan hépatique d’une partie des sujets traités concomitamment par acide valproïque.

  • Associée au fait que plus de 80% des patients/soignants rapportaient une amélioration clinique (échelle S/CGIC), cette étude conforte l’idée que le cannabidiol permet un meilleur contrôle de la maladie en association aux traitements habituels.

Pourquoi cette étude a-t-elle été menée ?

Le syndrome de Dravet est une épilepsie myoclonique sévère qui se déclare essentiellement avant l’âge de 1 an. Les crises qui lui sont associées sont souvent résistantes aux traitements. Le cannabidiol a fait l’objet d’études spécifiques dans la prise en charge de certaines épilepsies sévères ne répondant pas aux antiépileptiques habituels. À l’issue des données concluantes des études randomisées, conduites sur une durée limitée, il est important de disposer de résultats recueillis à plus long terme.

Méthodologie

  • L’étude internationale GWPCARE5 correspond au suivi en ouvert de cohortes issues de plusieurs études cliniques randomisées (GWPCARE1 à 4) qui rassemblaient des enfants présentant un syndrome de Dravet ou de Lennox-Gastaud ; seuls les premiers font l’objet de cette publication. Les données ont été analysées par périodes de 12 semaines.

  • Au cours de l’étude, les patients recevaient une solution orale de cannabidiol purifié (100 mg/mL) à la posologie de 2,5 à 30 mg/kg/j, adaptée selon la réponse clinique et la tolérance. Le suivi a duré 1 à 3 ans selon les pays.

Résultats

  • Au total, le suivi a été analysé pour 264 patients et a été en moyenne de 274 jours. La posologie moyenne était comprise entre 19,9 et 22,7 mg/kg/j selon l’intervalle de 12 semaines considéré. La population recrutée était composée par le même nombre de garçons et de filles et la majorité (44%) avaient entre 6 et 11 ans. Le nombre médian de traitements antiépileptiques reçus était de 3,0 et plus de 60% des patients prenaient du clobazam et/ou de l'acide valproïque.

  • En termes de tolérance, les évènements indésirables liés au traitement ont été signalés chez 93,2% des enfants, leur incidence étant légèrement supérieure lorsque la posologie était >20 mg/kg/j. Leur intensité était légère ou modérée dans 36,7% et 39,0% des cas (diarrhée, fièvre, perte d'appétit, somnolence). Des événements indésirables graves ont été rapportés chez 29,2% des enfants et 19 (7,2%) ont dû arrêter le traitement, essentiellement pour augmentation des ALT et/ou AST.

  • La réduction médiane de la fréquence mensuelle des crises convulsives et de l’ensemble des crises était de 37,5% (réduction de 12,4 à 7,5 crises par mois) et de 39,5% (réduction de 32,4 à 14,5 crises par mois) durant les 12 premières semaines de l’étude puis était comprise entre 42,9% et 44,3% et entre 39,0 et 50,7% selon les périodes. Au total, plus de 40% des patients ont présenté une diminution ≥ 50% pour chaque période de 12 semaines.

  • Globalement, 85% des patients/soignants ont signalé une amélioration globale (score S/CGIC).

Financement

L’étude est sponsorisée par GW Research Ltd.