Condamnation de la décision de justice à l’encontre des médecins turcs


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L'Association médicale mondiale (AMM), le Comité permanent des médecins européens (CPME) et les Médecins pour les droits de l’Homme (Physicians for Human Rights, PHR) ont dénoncé la condamnation des dirigeants de l’Union des médecins de Turquie (TTB) à des peines de prison d’au moins 20 mois après s’être exprimés sur l’impact de la guerre. 

Les membres du comité central de la TTB, dans le cadre de leur mandat allant de 2016 à 2019, ont comparu devant la 32e Haute Cour criminelle d’Ankara la semaine dernière, après avoir mis en lumière les conséquences sanitaires du conflit, en ayant notamment publié une déclaration en 2018 intitulée « la guerre est un problème de santé publique ». 

Dans une déclaration conjointe, le CPME et l’AMM ont condamné l’issue du procès. « Dénoncer les violences et défendre les droits de l’Homme et la paix n’est pas un délit pénal. Nous regrettons profondément l’issue du procès et nous faisons cause commune avec les dirigeants de l’Union des médecins de Turquie dans ses efforts pour respecter l’éthique de la profession médicale », a déclaré le président du CPME, le professeur et docteur Frank Ulrich Montgomery. 

PHR a appelé les autorités turques à revenir sur cette « décision choquante », ajoutant que « le gouvernement turc a la responsabilité d’assurer la protection des libertés et des droits internationalement reconnus, tels qu’ils ont été ratifiés par la Turquie. » 

La TTB a indiqué qu’elle explorera tous les moyens juridiques pour faire appel de la décision.