Conciliation des traitements médicamenteux en cancérologie : un nouveau guide


  • Fanny Le Brun
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Un nouveau guide de la Haute Autorité de Santé (HAS) intitulé « La conciliation des traitements médicamenteux en cancérologie » est désormais disponible. Il complète le guide paru l’année dernière : « Mettre en œuvre la conciliation des traitements médicamenteux en établissement de santé ».

Qu’est-ce que la conciliation des traitements médicamenteux ?

C’est une démarche structurante de l’organisation de la prise en charge médicamenteuse du patient dans son parcours de soins qui repose, dans sa mise en œuvre, sur un processus standardisé reproductible qui prend en compte, lors d’une nouvelle prescription, tous les médicaments pris et à prendre par le patient. Cette démarche associe le patient et repose sur le partage d’informations et sur une coordination pluriprofessionnelle. Elle prévient ou corrige les erreurs médicamenteuses en favorisant la transmission d'informations complètes et exactes sur les médicaments du patient, entre professionnels de santé, aux points de transition que sont l’admission, la sortie et les transferts.

Quel est l’objectif de ce nouveau guide ?

Son objectif est d’accompagner les professionnels et les patients à la conciliation des traitements médicamenteux en cancérologie, en favorisant sa mise en œuvre et en facilitant son déploiement par la mise à disposition d’outils et de mises en situations éprouvés par les professionnels de santé, tout en tenant compte des spécificités du parcours de soins du patient atteint de cancer. L’objectif final étant bien sûr de sécuriser la prise en charge médicamenteuse du patient lors de son parcours de soins.

Le guide « Mettre en œuvre la conciliation des traitements médicamenteux en établissement de santé » datant de février 2018 reste le document de référence énonçant les principes généraux de cette démarche qui ne sont pas repris dans ce nouveau guide. Dans ce dernier, seules les spécificités liées au parcours du patient atteint de cancer et impactant la démarche de conciliation des traitements médicamenteux sont développées. Ces spécificités peuvent être associées :

  • A l’organisation des soins : hospitalisations itératives, séjours hospitaliers de plus courte durée ou séances de chimiothérapie en hôpital de jour et/ou en hospitalisation à domicile (HAD), multiplicité ville-hôpital des prescripteurs (symptomatologie affectant différents organes), recours régulier aux soins de support…
  • A la pathologie cancéreuse : potentiellement évolutive avec une stratégie thérapeutique reposant sur des changements de lignes de traitement et l’association de chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie…
  • Aux produits de santé caractérisés par une cytotoxicité intrinsèque, une marge thérapeutique étroite, des schémas d’administration parfois complexes, un haut niveau de risque de survenue d’erreurs médicamenteuses, d’effets indésirables et d’interactions médicamenteuses…

La conciliation en cancérologie a-t-elle un impact clinique ?

D’après les données disponibles, la conciliation des traitements médicamenteux en cancérologie permettrait de réduire le nombre de divergences non intentionnelles ou erreurs médicamenteuses (omissions ou redondances de médicaments, erreurs de dose…) ainsi que la prévalence des effets indésirables et des interactions médicamenteuses.